Royaume-Uni / Sri Lanka

Vingt-six Sri-Lankais réfugiés au Royaume-Uni ont été expulsés

Des manifestants pro-tamoul devant le quartier général européen des Nations unies à Genève, le 24 avril 2009
Des manifestants pro-tamoul devant le quartier général européen des Nations unies à Genève, le 24 avril 2009 (Photo : Reuters)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Depuis deux jours, des organisations des droits de l'Homme tentaient d'empêcher l'expulsion du Royaume-Uni de 26 réfugiés sri-lankais après que leur demande d'asile a été rejetée. Parmi eux se trouvent notamment plusieurs Tamouls. Amnesty International craint qu'ils soient soumis à la torture. Rien n'y a fait, leur avion a atterri à Colombo vendredi 17 juin 2011.

Publicité

Deux ans après la fin de la guerre civile contre la guérilla tamoule, le pouvoir sri-lankais reste toujours en état d’alerte. Il craint par-dessus tout le retour de membres de la diaspora liés au Tigres tamouls. Pour Jehan Perera, le directeur du Centre national de la paix du Sri Lanka, il y a de grandes chances pour que les Tamouls expulsés soient interrogés par les autorités. « Dans des pays comme le Sri Lanka, la police est critiquée pour ne pas limiter ses techniques d’interrogatoire à de simples questions. Elle utilise aussi la violence physique contre les gens qu’elle interroge », a-t-il rapporté.

Car c’est bien la torture que craignent le plus les opposants à cette expulsion. La question a même été soulevée en pleine séance au Parlement britannique. Mais pour Jehan Perera, cette mobilisation empêchera peut-être des abus de force éventuels. « Ca ne veut pas forcément dire que ces gens auront à subir ces traitements. Le gouvernement actuel sait que leur sort va être suivi de près par les organisations des droits de l’homme et l’ambassade britannique », a-t-il remarqué. Le gouvernement britannique dit avoir l’assurance que les expulsés ne courent aucun risque. Et pourtant, il y a deux mois encore, un rapport des Nations unies accusait le gouvernement de Colombo de crimes de guerre et dénonçait des violations répétées des droits de l’homme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail