Union européenne / Croatie

Bruxelles va plancher sur l'adhésion de la Croatie

Ivo Josipovic (G), le président croate et Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, le 8 juin 2011.
Ivo Josipovic (G), le président croate et Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, le 8 juin 2011. REUTERS/Ezequiel Scagnetti
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après avoir traité le dossier épineux de la dette grecque, le sommet de Bruxelles doit plancher ce vendredi 24 juin 2011 sur l'adhésion de la Croatie au sein de l'Union européenne. Vingt ans après sa déclaration d'indépendance et son détachement de la Yougoslavie, cette jeune République pourrait devenir le 28e membre de l'UE en juillet 2013, mais à certaines conditions.

Publicité

La Croatie doit encore faire ses preuves. L'Union européenne redoute les problèmes de corruption comme en Roumanie et en Bulgarie. Bruxelles a dû imposer des lois anti-corruption dans ces deux pays membres. Mais pour le moment, la Bulgarie et la Roumanie n'ont toujours pas intégré l'espace de libre circulation de Schengen.

Pour ne pas renouveler cette mauvaise expérience, Bruxelles veut d'abord s'assurer que les Croates luttent contre les crimes mafieux, et remplacent les éléments corrompus de l'administration et des entreprises d'Etat.

C'est justement la mission que s'est fixé le président croate, Ivo Josipovic. Elu en 2010, le chef d'Etat a pour ambition de faire entrer son pays dans l'Union européenne. Et il se donne les moyens pour y arriver, notamment avec son programme de justice pour la démocratie.

Pour le moment, la Croatie fait figure de bonne élève et coopère avec Eurojust, l'organe européen d'aide judiciaire contre la criminalité organisée. Cette attitude permettra sûrement à la Croatie d'adhérer, dans un premier temps, à l'Union européenne en juillet 2013. Il ne lui restera plus qu'à contrôler ses frontières pour se faire accepter dans l'espace Schengen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail