GRECE / UE / FMI

Standard and Poor's brandit la menace d'un défaut de paiement de la Grèce

Malgré une nouvelle manifestation d'opposants à Athènes, le Parlement grec a adopté le plan d'austérité, mercredi 29 juin 2011.
Malgré une nouvelle manifestation d'opposants à Athènes, le Parlement grec a adopté le plan d'austérité, mercredi 29 juin 2011. REUTERS/Pascal Rossignol

L'accord conclu ce week-end par les Européens sur le versement d'une partie de l'aide promise l'année dernière à Athènes a écarté le risque d'une faillite cet été de la Grèce. Mais le pays est loin d'être sorti d'affaire et alors que les négociations sur un deuxième plan de sauvetage sont en cours, l'agence de notation Standard and Poor's brandit de nouveau la menace d'un défaut de paiement de la Grèce.

Publicité

Alors qu'un nouveau plan de sauvetage européen de la Grèce a bien été acté et que le secteur privé s'est volontairement engagé à en financer une partie, la menace d'une restructuration de la dette grecque est loin d'être écartée.

C'est en tout cas ce que soutient Standard and Poor's. L'agence de notation américaine estime en effet que le nouveau plan, actuellement négocié par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour mettre la Grèce à l'abri des marchés financiers jusqu'à fin 2014, pourrait constituer un défaut de paiement.

Deux options, proposées par Paris pour rééchelonner la dette grecque par des échanges de titres, sont actuellement discutées. Mais l'agence de notation estime que ces deux propositions impliquent des pertes pour les créanciers privés d'Athènes, ce qui équivaut à ses yeux à un défaut.

Standard and Poor's, qui a déjà abaissé le mois dernier la note grecque à Triple C, l'une des plus basse de sa classification, menace désormais de placer la Grèce en situation de défaut sélectif. Dans les faits, cela correspond à une restructuration d'une partie de la dette obligataire grecque. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail