Aviation / France/ Brésil

Vol Rio-Paris : le BEA va publier un troisième rapport

L'un des deux enregistreurs du vol d'Air France AF447 Rio-Paris , retrouvé en mer et qui a permis au BEA d'établir ses rapports.
L'un des deux enregistreurs du vol d'Air France AF447 Rio-Paris , retrouvé en mer et qui a permis au BEA d'établir ses rapports. Reuters/Charles Platiau

Les causes du crash du vol Rio-Paris restent inconnues, 22 mois après le drame. Le Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) doit publier ce vendredi 29 juillet 2011 un troisième rapport sur l'accident de l'Airbus A-330 d'Air France, qui s’est écrasé en juin 2009 dans l’océan Atlantique avec 228 personnes à bord. Ce rapport est plus un « scénario », qui ne porte pas sur les causes exactes de l'accident et sur les responsabilités éventuelles, précise le BEA. Les familles des victimes allemandes de la catastrophe ont fait part de leurs doutes sur les objectifs du BEA et dénoncent son « interprétation orientée des faits » vers une erreur de pilotage

Publicité

Les enregistreurs de vol, ces fameuses boîtes noires repêchées en avril dernier, ont déjà délivré les premiers secrets sur les dernières minutes du vol Rio-Paris. Ce que l’on sait à présent c’est que les pilotes avaient soudainement perdu les informations sur la vitesse de l’appareil.

Les analyses ont démontré un dysfonctionnement des sondes Pitot, mais les spécialistes doutent que ce problème puisse expliquer à lui seul la catastrophe aérienne. Pendant plusieurs minutes les copilotes qui étaient aux commandes à cet instant ont essayé de redresser l’appareil et de maintenir la trajectoire.

Que ces sondes qui mesurent la vitesse soient les seules responsables de l’accident ou pas, les familles des victimes veulent en savoir plus. Ce troisième rapport du BEA devrait préciser les circonstances exactes et l’enchaînement des événements qui expliquent la chute de l’appareil.

Les conclusions sur l’état technique de l’avion pendant les dernières heures du vol sont très attendues aussi par la compagnie Air France et le constructeur européen Airbus. Ces derniers sont mis en examen pour homicide involontaire par la justice française.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail