Accéder au contenu principal
Norvège / Otan / Libye

Libye : fin de la mission des F-16 norvégiens

Un chasseur Typhoon des forces de l'Otan en Libye.
Un chasseur Typhoon des forces de l'Otan en Libye. Reuter/ Pete Mobbs
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Même si elle poursuit ses opérations en Libye, L’Otan doit faire face à une diminution de sa force de frappe. Ce lundi 1er août 2011, la Norvège retire sa participation de l’alliance. Ce pays avait engagé des avions de chasse pour protéger les populations civiles des attaques des troupes du colonel Kadhafi. Mais la Norvège, comme d'autres pays,  pensait que l'opération ne durerait que quelques semaines.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles

Selon l’Otan, le départ des forces norvégiennes n’affectera pas la mission en Libye. Dans les faits, la Norvège retire ses quatre derniers chasseurs F16, car Oslo assure ne plus pouvoir supporter une opération aussi lourde.

Cette défection intervient à un moment délicat pour l’alliance, l’Italie rappelle dans le même temps son porte-avions et annonce une très forte diminution de ses opérations militaires à l’étranger. Face à ces ajustements tactiques, les alliés revoient donc leur approche diplomatique. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni laissent désormais entendre que Mouammar Kadhafi pourrait rester dans son pays. Pour ce faire, le dirigeant libyen devrait abandonner tout ses pouvoirs.

L’Otan semble, en fait, se chercher un second souffle dans une mission plus longue que prévue. Toutefois, les alliés assurent vouloir poursuivre cette opération aussi longtemps que nécessaire. Cette volonté pourra d’ailleurs se mesurer dès le mois de septembre, l’alliance doit renouveler à cette date son mandat pour l’opération Libye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.