Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Au Royaume-Uni : renforts de police en dépit de l’accalmie

Des auteurs de violences à Londres conduits par des policiers dans des fourgons cellulaires à Londres, le 11 août 2011.
Des auteurs de violences à Londres conduits par des policiers dans des fourgons cellulaires à Londres, le 11 août 2011. REUTERS / Cathal McNaughton
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Royaume-Uni a connu sa seconde nuit de calme. Aucun incident n’est à signaler, dans la nuit de jeudi à ce vendredi 12 août. La police a annoncé le décès d’une cinquième victime, un homme âgé de 68 ans, blessé lundi à Ealing, dans la banlieue ouest de Londres. Mais pour éviter tout regain de violence, la présence policière a été renforcée. Et les tribunaux siègent jour et nuit.

Publicité

Avec notre corespondant à Londres, Adrien Moss

Une deuxième nuit sans émeutes, mais à Londres, comme dans la plupart des villes touchées, par les violences des derniers jours, une forte présence policière reste visible et la tension est palpable.

Un homme de 68 ans, blessé par des casseurs qu’il tentait d’arrêter dans la banlieue chic d’Ealing à l’ouest de Londres, a succombé à ses blessures. La police a ouvert une quatrième enquête pour meurtre depuis le début des émeutes après la tragédie de Birmingham où une voiture, conduite par des émeutiers, a renversé et tué trois jeunes qui tentaient de protéger leur magasin. Le père de l’un d’eux a lancé un appel au calme.

Plus de 1 500 casseurs ont été arrêtés. Les tribunaux siègent jour et nuit. Ces comparutions révèlent la stupéfiante diversité des émeutiers. A côté des jeunes déshérités des quartiers difficiles, une jeune athlète, sélectionnée pour être ambassadrice olympique, une ballerine, des étudiants, une fille de millionnaire arrêtée avec des objets volés dans sa voiture. La moitié des 240 émeutiers inculpés à Londres ont moins de 18 ans, révèle la police.

La presse britannique approuve largement David Cameron

« La loi de Cameron », comme l’appelle The Independent, c’est-à-dire les mesures de fermeté annoncées au Parlement, reçoit un soutien presque unanime des journaux. « Le Premier ministre admirable face au désordre », écrit pour sa part The Times. C’était une bonne journée pour le Parlement, la classe politique a été unanime dans sa condamnation des émeutes. Mais c'est la réduction annoncée du budget de la police, voulue par le gouvernement conservateur, qui pose problème.

Si le Times critique l’opposition travailliste, The Independent l’approuve au contraire. Le quotidien estime notamment que les mesures envisagées par le gouvernement Cameron, telles que la restriction de l’usage des réseaux sociaux, ne sont que «des gadgets sécuritaires dignes des autocraties du Proche-Orient ».

Pour le Financial Times, David Cameron a repris pied, après une réaction initiale désastreuse dans ce que le journal appelle « Un combat de rue ». Les mesures annoncées vont aider mais ne suffiront pas. La police doit changer de comportement. Elle a été trop discrète après avoir été trop agressive contre les manifestants anti-G20. David Cameron disait que notre société était fracturée, son analyse est confirmée, estime le journal, qui conclut que, si la cote de popularité du Premier ministre rebondit, elle ne tiendra que si l’ordre public est maintenu.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.