Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

La population britannique mobilisée contre les casseurs

Dans les villes anglaises, comme ici à Londres, les visages des casseurs sont projetés sur de grands écrans pour encourager la population à la délation.
Dans les villes anglaises, comme ici à Londres, les visages des casseurs sont projetés sur de grands écrans pour encourager la population à la délation. REUTERS/Darren Staples
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Les autorités britanniques mettent la pression sur les casseurs après les émeutes de cette semaine. David Cameron a appelé l’ancien chef de la police new-yorkaise, Bill Bratton, pour lui demander conseil. Le Premier ministre britannique a déclaré que les émeutiers devaient être exclus de leur logement social et une pétition sur internet, demandant à ce que les casseurs soient privés de leurs droits sociaux, a même recueilli 160 000 signatures. Une initiative symptomatique de la colère des Britanniques après les journées de violence et alors que le pouvoir conservateur appelle les citoyens à la délation.

Publicité

Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

Tout est parti d'une pétition qui circule sur Internet et qui demande à ce que les casseurs soient privés de leurs droits sociaux. Une pétition qui a été signée par 160 000 personnes et que les conseillers municipaux de Wandsworth, un quartier du sud de Londres, ont pris pour exemple.

Les casseurs pourraient être privés de leur logements sociaux

A Birmingham, les gens applaudissent quand ils voient passer une voiture de police dans la rue. Dans le centre-ville, la police a installé ce qu’elle appelle « un digi van », une fourgonnette avec un écran de 6 m² qui montre en boucle 50 images de casseurs prises par les caméras de vidéosurveillance des magasins pillés.

A Manchester, des « digi van » roulent dans les quartiers. Les photos des casseurs sont aussi montrées sur des écrans géants sur la plus grande place de la ville. « Nous sommes, dit la police, inondés de messages de soutien ». Dixon, une chaîne de magasins d’électronique, a créé un fonds de plus de 50 000 euros pour récompenser ceux qui rapportent des appareils volés.

A Londres aussi, des fourgons de police patrouillent avec des posters de l’organisation non-gouvernementale, Crime Stoppers, qui appelle à dénoncer les criminels. La délation des malfaiteurs est acceptée en Angleterre comme un devoir civique.

Le journal Daily Mirror publie ce matin en première page la photo d’une mère qui a dénoncé sa fille de 18 ans à la police. Elle lance un appel aux parents de casseurs : « dénoncez votre enfant, ça fait mal mais c’est ce qu’il faut faire ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.