Accéder au contenu principal
Grande-Bretagne

Cameron veut une «tolérance zéro» contre les émeutiers

Le Premier ministre britannique David Cameron, dans un supermarché dévasté par les émeutes, le 12 août à Salford.
Le Premier ministre britannique David Cameron, dans un supermarché dévasté par les émeutes, le 12 août à Salford. REUTERS/Jon Super/pool
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Premier ministre britannique, David Cameron, prône la tolérance zéro contre les émeutiers. Si son discours obtient un écho auprès de la population, les réactions sont beaucoup plus mitigées à Scotland Yard, surtout depuis le recrutement de l’Américain, William Bratton, dont les méthodes contre les gangs ont fonctionné notamment à New York. Un sondage publié ce weekend montre cependant que près de la moitié des Britanniques estime que le gouvernement a mal géré la situation.

Publicité

Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

Plus de 2 800 personnes ont été arrêtées dont plus de 1 500, uniquement à Londres. Face aux émeutiers, le Premier ministre britannique David Cameron promet maintenant une tolérance zéro dans sa guerre contre les gangs. Mais l’appel de Cameron à l’ancien chef de la police de New York, William Bratton, réputé pour ses succès dans la lutte anti-gangs mais aussi ses critiques initiales sur l’hypothétique réaction tardive de la police au début des émeutes déclenchent une polémique.

Les responsables de la police britannique s’étonnent qu’on fasse appel aux super flics d’une ville où se concentrent 400 gangs et soulignent les différences avec les Etats-Unis où « la police, dit un responsable de Scotland Yard, utilise une véritable artillerie alors que la police anglaise n’est pas armée ». Ces responsables assurent par ailleurs que la réduction annoncée de 20% du budget de la police provoquerait la suppression de 16 000 postes et rendra leur tâche plus difficile.

Le maire de Londres, Boris Johnson, critique aussi cet appel à un super flic américain, ressenti comme un affront par les policiers de base. Enfin, David Cameron annonce aujourd’hui devant ses électeurs de sa circonscription proche d’Oxford, après la réponse sociale de son gouvernement à ces émeutes.


Un sondage, mené par le quotidien The Guardian et l'institut  ICM en Grande-Bretagne, et publié ce weekend montre que 48% des Britanniques estiment que le gouvernement n'a pas géré correctement la crise des émeutes. Aucun incident important n’a été rapporté aux autorités depuis le 11 août. Ces dernières doivent décider, ce 15 août, de maintenir (ou pas) le dispositif de sécurité exceptionnel mis en place par la police.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.