France / Patrimoine

Valéry Giscard d'Estaing recommande de garder l'Hôtel de la Marine dans le giron de l'Etat

L'Hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris.
L'Hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris. AFP/Thomas Coex

L’avenir de l'Hôtel de la Marine, prestigieux bâtiment de la place de la Concorde à Paris, faisait débat. Valéry Giscard d'Estaing, président de la Commission sur l'Hôtel de la Marine, a recommandé lundi 19 septembre à Nicolas Sarkozy de garder le bâtiment historique de 24 000 m2 dans le giron de l'Etat et de confier au Louvre sa transformation. 

Publicité

L’Hôtel de la Marine ne sera pas un bâtiment pour milliardaires. Ce joyau du patrimoine français ne tombera pas aux mains des spéculateurs financiers. « Tout cela, c’est le bien du peuple français », souligne Valéry Giscard d'Estaing. « Cela leur appartient et nous n’allons pas le vendre à d’autres. Nous n’allons pas livrer l’Hôtel de la Marine à la spéculation financière ! Cela suffit maintenant ! »

L'ancien président de la République estime, dans son rapport, que le bâtiment du XVIIIe siècle situé place de la Concorde à Paris doit retrouver sa vocation initiale : abriter le mobilier et le trésor national et surtout être rendu à la visite.

Opportunités multiples et projet économiquement viable

Selon ce projet, une galerie commerciale couverte abritant des boutiques dédiées aux métiers d'art permettrait aux piétons de traverser le bâtiment et constituerait un axe protégé reliant le musée du Louvre au Grand Palais.

Des expositions temporaires, un restaurant de cuisine française assorti d'une bibliothèque spécialisée sur l'histoire de l'alimentation devrait compléter l'ensemble.

Valéry Giscard d'Estaing n'a que faire des pétitions d'artistes et des projets concurrents. Son modèle, affirme-t-il, est économiquement viable et même en temps de crise.

C'est l'établissement public du Louvre qui serait chargé de l'exploitation. Les loyers des boutiques, les visites payantes et la vente des bâtiments actuels de la Cour des comptes, qui viendraient s'installer dans une des ailes de l’Hôtel de la Marine, assurerait le financement du projet.

Le dernier mot revient maintenant au président Nicolas Sarkozy.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail