Allemagne / Pape

Entre louanges et critiques: retour mouvementé pour le pape en Allemagne

Le pape Benoît XVI, lors de son discours devant les députés allemands au Bundestag, le 22 septembre 2011.
Le pape Benoît XVI, lors de son discours devant les députés allemands au Bundestag, le 22 septembre 2011. REUTERS/Tobias Schwarz

Le pape Benoît XVI est dans son pays et pourtant sa visite est loin d'être une sinécure. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Berlin, le jeudi 22 septembre 2011, au moment où le pape prononçait un discours au Bundestag pour sa première journée de visite en Allemagne. Et Benoît XVI a immédiatement été confronté aux affaires de pédophilie qui ont secoué l'Eglise catholique.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Berlin, Antoine-Marie Izoard

Avant même de poser le pied sur le sol de son pays natal, Benoît XVI a déclaré qu’il comprenait ceux qui pouvaient s’opposer à sa visite, affirmant aussi qu’il comprenait également le choix de ceux qui, face au récent scandale de pédophilie au sein du clergé, quittaient l’Eglise.

Puis dès son arrivée, le pape affirmait devant le président allemand Christian Wulff n’être pas venu à Berlin pour soutenir les intérêts politiques, mais pour y parler de Dieu. Devant le Parlement allemand, sous la coupole du palais de Reichstag, le pape n’a pas manqué cependant d’adresser ensuite un message au monde politique en l’invitant à ne pas céder à la séduction du succès, ainsi qu’à combattre la domination de l’injustice.

Alors que des députés de gauche avaient boycotté ce long discours, Benoît XVI a salué de manière inattendue le rôle de l’écologie. Il a ainsi estimé que, dès les années 1970 en Allemagne, les Verts avaient apporté de l’air frais en politique.

Puis le pape a rencontré des représentants dans la communauté juive, soutenant devant eux que « l’Eglise toute entière ne pouvait renoncer au dialogue avec les juifs ». Cette première journée s’est achevée avec une grande messe célébrée, devant 80 000 fidèles, dans le stade olympique de Berlin.

Les réactions en Allemagne

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« Le professeur pape au Bundestag ». Dans un commentaire, la première chaîne de télé allemande ARD souligne comme d’autres que si le discours de Benoît XVI a été bien accueilli, ses propos étaient restés très philosophiques et pas suffisamment concret. Le même commentaire ajoute : « Certains députés qui ont applaudi longuement le discours se sont sans doute demandés ce que le pape voulait leur dire ». En tout cas, on a vu après les polémiques sur la présence du pape au Parlement, non seulement des députés chrétiens-démocrates séduits, ce qui est logique, mais aussi à gauche des applaudissements nourris.

De nombreux commentateurs soulignent que le boycott d’une centaine de députés manquait d’un côté de respect et qu’à l’arrivée les propos du pape n’avaient rien de bien dérangeant. Mais ce discours plutôt philosophique ne répondait pas pour certains commentaires aux questions concrètes qui secouent l’Eglise et ses membres : les scandales pédophiles, l’attitude à adopter face aux croyants remariés, au célibat des prêtres ou aux homosexuels. Certains comme la présidente du parti vert prennent le pape au mot et lui rappellent que les droits de l’homme qu’il a soulignés valent aussi pour l’Eglise catholique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail