Espagne / Terrorisme

L'ETA annonce un «cessez-le-feu définitif»

L'arrestation de Garikoïtz  Aspiazu Rubina en janvier 2011 a été un coup dur pour l'ETA. Ici, lors de son arrivée à Madrid le 30 mai 2011 pour être jugé
L'arrestation de Garikoïtz Aspiazu Rubina en janvier 2011 a été un coup dur pour l'ETA. Ici, lors de son arrivée à Madrid le 30 mai 2011 pour être jugé AFP PHOTO/ MINISTRY OF INTERIOR

Dans un communiqué fracassant, l'ETA a annoncé ce jeudi 20 octobre 2011 un « cessez-le-feu définitif ». Même si tout n'est pas réglé, l'organisation terroriste basque reconnaît sa défaite, après 43 ans d'attentats et 829 victimes.

Publicité

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

« Notre démocratie est enfin débarrassée du terrorisme ». C'est la déclaration de José Luis Zapatero, le chef du gouvernement, qui résume un sentiment général dans toute l'Espagne. Le sentiment d'un moment historique : la fin du terrorisme basque, après quatre décennies d'attentats à la bombe, de tirs dans la nuque, de menaces, de peur et d'extorsion de fonds.

Même si une certaine prudence reste de mise, après tant de désillusions, toute la classe politique a dit à l'unisson que cette fois-ci c'était bel et bien fini. En janvier, l’ETA avait diffusé un communiqué parlant d'une cessez le feu permanent et vérifiable, mais il manquait cet adjectif crucial : « définitif ».

Une page se tourne, sans aucun doute, même si beaucoup regrettent que l'organisation terroriste n'ait aucun mot de repenti, ne fasse aucune référence aux victimes et ne parle pas de rendre les armes. Pour Perez Rubalcaba, le nouvel homme fort du parti socialiste, « le héros de cette annonce, ce n'est pas ETA, ce sont les policiers et les gardes civils qui l'ont vaincue ».

- 31 juillet 1959 : En pleine dictature espagnole, un groupe d’étudiants nationalistes créent l'ETA (Euskadi Ta Askatasuna : Patrie basque et Liberté).
- 7 juin 1968 : Un policier de 25 ans, José Pardines, est abattu à Saint-Sébastien. C’est le premier attentat officiellement attribué à l'ETA.
- 20 décembre 1973 : L'amiral Carrero Blanco, homme fort du régime franquiste est tué à Madrid par une bombe placée au passage de sa voiture.
- 15 octobre 1977 : Deux ans après la mort de Franco, une amnistie générale est décrétée pour les prisonniers politiques, dont ceux de l'ETA.
- 28 avril 1978 : Création de Herri Batasuna, le bras politique de l'ETA.
- 19 juin 1987 : 21 morts dans l'explosion d'une voiture piégée à Barcelone. C’est l’attentat le plus meurtrier attribué à l’ETA.
- 12 juin 1997 : L'élu conservateur Miguel Angel Blanco est assassiné, provoquant une mobilisation populaire sans précédent contre le terrorisme.
- 16 sept 1998 : L’ETA annonce une trêve unilatérale et illimitée qu'elle dénoncera en décembre 1999 après l'échec de discussions avec le gouvernement.
- 29 juin 2002 : Entrée en vigueur d'une loi visant à interdire Batasuna.
- 22 mars 2006 : L'ETA annonce un « cessez-le-feu permanent », rompu 9 mois plus tard par un attentat à l'aéroport de Madrid (2 morts). Suivront l’assassinat de deux gardes civils à Capbreton (France), puis cinq autres assassinats jusqu'à l'été 2009.
- 17 novembre 2008 : Arrestation en France du chef militaire de l'ETA, Garikoïtz
Aspiazu Rubina, suivie de celles de ses cinq successeurs et du chef politique de l'organisation.
- 10 janv 2011 : L'ETA, sous la pression de sa branche politique, décrète un cessez-le-feu « permanent » et « vérifiable ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail