Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI

Affaire des écoutes de «News of the World» : James Murdoch de nouveau entendu par les parlementaires britanniques

James Murdoch s'exprimant devant la commission parlementaire à Londres, le 10 novembre 2011.
James Murdoch s'exprimant devant la commission parlementaire à Londres, le 10 novembre 2011. REUTERS/Parbul TV
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Grande-Bretagne, le patron de l'ex-tabloïd News of the World, James Murdoch, devait s'expliquer, ce jeudi 10 novembre, devant la commission parlementaire concernant l'affaire des écoutes téléphoniques. Lors de son audition, il a assuré « ne pas avoir menti » et dément avoir été informé de ces pratiques illégales au sein de son journal.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

« Je n’étais pas au courant » : voilà ce qu’a inlassablement répondu James Murdoch aux questions acérées de la commission parlementaire à propos de l’affaire des écoutes au News of the World. Une ligne de défense que le patron de News International avait déjà adoptée durant son premier passage devant les députés l’été dernier. 

Mais depuis, cette affirmation a été contredite par l’ancien rédacteur en chef du journal et l’avocat du groupe. Les deux hommes ont affirmé devant la même commission qu’ils avaient bien informé James Murdoch d'un e-mail dévastateur prouvant que la pratique des écoutes était généralisée au sein du tabloïd dominical.

Cependant, James Murdoch est resté sur ses positions. Très sûr de lui, il a assuré que oui, on lui avait appris l’existence de cet e-mail mais sans lui en livrer tout le contenu. Un démenti qui n’a pas eu l’air de convaincre la commission et lui a valu cette réplique agacée d’un des députés : « Vous devez être le premier patron de mafia de l’histoire à ne pas savoir qu’il dirigeait une entreprise criminelle ».

Les parlementaires vont maintenant rédiger leur rapport final. Mais d’ores et déjà l’avenir de l’héritier de Rupert Murdoch à la tête de News Corp semble compromis : sa sœur aurait tenté de convaincre leur père de le limoger. Quant aux actionnaires du groupe, ils cherchent, eux aussi, à obtenir son départ.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.