ALLEMAGNE

Allemagne: une enquête policière éveille la peur d'une «Fraction Armée brune»

La police allemande patrouille sur les lieux d'une explosion, dans la ville de Zwickau, à l'est de l'Allemagne, où a été retrouvé le pistolet de la militante néo-nazie.
La police allemande patrouille sur les lieux d'une explosion, dans la ville de Zwickau, à l'est de l'Allemagne, où a été retrouvé le pistolet de la militante néo-nazie. Reuters / Tobias Schwarz
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Allemagne, la découverte d'une arme ayant tué neuf personnes d'origine étrangère chez une militante néo-nazie a fait surgir le spectre d'une « Fraction Armée brune » terroriste, comme l'appellent de nombreux médias en référence au groupe terroriste d'extrême gauche « Fraction Armée rouge » qui a tué plus de 30 personnes en Allemagne entre les années 1970 et 1990. L'affaire a été confiée au parquet fédéral, compétent en matière de terrorisme.

Publicité

Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

Lourd bilan pour le trio néo-nazi de Zwickau, à l’est de l’Allemagne. Les meurtres jamais élucidés de neuf étrangers - huit Turcs et un Grec - leur sont attribués, ainsi que quatorze hold-up et vols à main armée au cours des treize dernières années, ou encore d'une policière en 2006.

Beate Z., 36 ans, et ses deux complices, deux hommes entre temps décédés dans des circonstances mystérieuses, ont semé la terreur à travers l'Allemagne dans la plus grande impunité. Pour leurs voisins, ils vivaient sans se faire remarquer, malgré leurs fréquents voyages.

Comment le trio a-t-il pu vivre treize ans dans la clandestinité, sans attirer l'attention de la police, se demande aujourd'hui la presse allemande pour qui le groupe aurait pu avoir été utilisé par la police comme informateur. Les médias allemands évoquent ce week-end le spectre d'une « Fraction Armée brune ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail