Union européenne / Hongrie

La Commission européenne donne de la voix contre la Hongrie

José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne (à g.) et Viktor Orbán, le Premier ministre hongrois, le 23 juin 2011.
José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne (à g.) et Viktor Orbán, le Premier ministre hongrois, le 23 juin 2011. Union européenne / 2012

La Commission européenne hausse le ton face au régime de Viktor Orban. Les Européens s’apprêtent à demander aux Hongrois de modifier certains points controversés de leur législation. Par ailleurs, Bruxelles souhaite que les Etats de l'UE sanctionnent Budapest au motif que la Hongrie n'a pas assez fait pour corriger son déficit public. Si la Commission est entendue par les Vingt-Sept, la Hongrie court le risque de se voir privée de plus d'un milliard d'euros d'aides européennes.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

La Commission européenne a surpris ce matin par l’inhabituelle fermeté de ton vis-à-vis du gouvernement ultraconservateur du Premier ministre Viktor Orban au pouvoir en Hongrie. Ainsi, au titre du fonctionnement de l’Union économique et monétaire, une première lettre de mise en demeure sera sous peu envoyée à Budapest pour contraindre le gouvernement hongrois à rétablir le statut d’indépendance de la banque nationale.

Ensuite, au titre des valeurs fondamentales de l’Union européenne, auxquelles la Hongrie a souscrit au moment de négocier son adhésion il y a huit ans, deux autres mises en demeure viseront l’Office de protection des données informatiques, ainsi que le statut et le mode de nomination des magistrats du siège.

Enfin comme si cela ne suffisait pas, la Commission européenne propose de sanctionner la Hongrie en raison du peu de zèle que ce pays met à réduire son déficit public, jugé à Bruxelles nettement excessif. Les ministres des Finances des Vingt-Sept auront à trancher cette question le 23 janvier 2012.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail