Accéder au contenu principal
Russie

La Russie veut limiter les paiements en liquide pour réduire la corruption

Le liquide représente 25% des moyens de paiement, contre 7 à 10% dans les pays occidentaux.
Le liquide représente 25% des moyens de paiement, contre 7 à 10% dans les pays occidentaux. Getty Images/David Toase
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour lutter contre la corruption, le ministre des Finances envisage de limiter les paiements en liquide. Mais il faudra sans doute du temps pour que les consommateurs russes adhèrent à ces pratiques.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

Régulièrement, les agences de presse russes rapportent des cas de vol très conséquents : tel entrepreneur s’est fait dérober sa mallette dans laquelle il transportait l’équivalent de plusieurs centaines de milliers d’euros en roubles, telle jeune femme s’est fait arracher son sac qui contenait plusieurs centaines de coupures de billets de 100 dollars.

Les Russes restent des adeptes des achats en roubles sonnants et trébuchants, une pratique qui alimente la corruption et les pots-de-vin. Le liquide représente 25% des moyens de paiement, contre 7 à 10% dans les pays occidentaux. Pour payer son loyer, ou même une voiture, beaucoup préfèrent encore sortir des liasses de billets que leur carte bancaire.

Jusqu’au mois dernier, dans les hypermarchés Auchan, il était impossible de payer ses achats par carte. Pendant dix ans, le groupe français a fait de la résistance, arguant de tarifs prohibitifs pratiqués par les banques sur ces types de transactions.

Mais le ministre des Finances entend désormais convaincre les plus réticents à limiter les paiements en liquide. Selon le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, « si tous les achats importants et les paiement de salaires étaient effectués via des règlements par virement, de façon transparente, cela permettrait aussi de lutter contre la fraude fiscale ».

Les commandes publiques pourraient aussi y gagner : le président Medvedev a reconnu récemment que près de 25 milliards d'euros en pots-de-vin y étaient dépensés chaque année.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.