Accéder au contenu principal
Bosnie

Bosnie : vingt ans après son siège, Sarajevo est devenue une destination touristique recherchée

Le célèbre pont Latin de Sarajevo au-dessus de la rivière Miljacka.
Le célèbre pont Latin de Sarajevo au-dessus de la rivière Miljacka. RFI/Sophie Guesne
Texte par : Sophie Guesné
3 mn

Vingt ans après le début du siège, 16 ans après les accords de paix de Dayton, de plus en plus de touristes visitent Sarajevo. La plupart ne viennent pas tant pour les charmes de la vieille ville ou les beautés naturelles du pays - dont ils ne savent généralement pas grand chose en arrivant – mais bien pour en apprendre davantage sur le siège de la ville. Les agences touristiques l’ont bien compris et proposent des visites thématiques.

Publicité

L’agence d’Adnan par exemple propose plusieurs circuits. Le plus complet dure trois heures et prévoit une ballade dans la ville en minibus. Première destination : les collines autour de la ville pour comprendre, cartes à l’appui, comment le siège a été techniquement possible, en visualisant les positions de chacun. Après cet arrêt, le bus repart et traverse toute la ville.

La guerre et ses lieux symboliques

Les touristes « voient » les lieux symboliques de la guerre : la bibliothèque nationale ravagée par les flammes, le massacre de Markale, la tristement célèbre Sniper alley, l’hôtel Holiday Inn. Adnan, le guide, explique : la vie quotidienne durant le siège, les privations, la débrouille au quotidien, les tirs des snipers, la politique, la vie malgré tout…

Vient enfin la visite du tunnel, dit « tunnel de l’espoir ». Construit pendant le siège, sous l’aéroport, il a permis à Sarajevo assiégée de tenir en faisant transiter armes et nourriture. Un bout de ce tunnel a été préservé et aménagé en musée. Les visiteurs regardent des photos, des cartes, des objets d’époque, des vidéo et marchent quelques mètres courbés dans le tunnel.

C’est bien souvent « l’étape » préférée de beaucoup d’entre eux et ce jour-là, de l’Australienne Sarah : « L’histoire de ce qui s’est passé ici m’intéresse notamment parce qu’elle est si récente. Cela fait une semaine que je suis en Bosnie, mais c’est tellement compliqué… J’ai fait cette visite pour pouvoir poser mes questions à quelqu’un ». L’agence d’Adnan propose plusieurs types de circuits dont la moitié sont en lien avec la guerre, à Sarajevo ou au Mémorial de Srebrenica. S’il aimerait plus de circuits « découverte » - culture ou nature - il explique répondre à la demande.

« Une ville a été totalement détruite et assiégée à la fin du 20ème siècle au cœur de l’Europe ! C’est normal que les gens veuillent en savoir plus et je pense que nous nous devons de leur raconter ». Mais il insiste : « Les touristes qui viennent nous voir veulent comprendre, ils sont rarement dans le voyeurisme, notamment lorsqu’il s’agit de touristes individuels. C’est un peu différent avec les groupes, certains veulent davantage voir et prendre des photos ». 

Dans le top 10 des villes à visiter

A Sarajevo, aujourd’hui, plusieurs agences proposent ce type de circuit, et ce marché devrait encore se développer au cours des prochaines années avec un nombre de touristes en constante augmentation. Le célèbre guide de voyage Lonely Planet avait d’ailleurs classé Sarajevo dans le top 10 des villes à visiter en 2010, mettant à l’honneur une ville riche d’histoire et complètement dépaysante au cœur de l’Europe.

Le touriste y est invité à découvrir, en plus de son histoire récente, son ambiance et son charme si particuliers. Sarajevo est une ville nichée dans les montagnes, un véritable carrefour d’influence entre l’Orient (l’Empire ottoman) et l’Occident (l’Empire austro-hongrois) avec son quartier turc, ses bazars et ses mosquées, mais aussi ses quartiers austro-hongrois puis communistes.

Cliquez pour consulter le diaporama

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.