Accéder au contenu principal
Italie

Procès Rubygate: Silvio Berlusconi donne sa version des soirées «bunga-bunga»

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a affirmé que les soirées dépeintes comme orgiaques organisées chez lui n'étaient que des «compétitions de burlesque»,  style french cancan.
L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a affirmé que les soirées dépeintes comme orgiaques organisées chez lui n'étaient que des «compétitions de burlesque», style french cancan. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Silvio Berlusconi, l'ex-chef du gouvernement italien, s'est présenté pour la première fois à une audience du procès Rubygate, ce vendredi 20 avril à Milan, à la surprise générale. Dans le cadre de ce scandale, il est accusé de prostitution de mineure et d'abus de pouvoir. Mais il a assuré que les soirées débridées qu'il a organisées n'étaient que des « dîners élégants ».

Publicité

D'après le Cavaliere, les parties fines qui ont eu lieu dans sa maison près de Milan n'avaient rien d'orgiaque. Silvio Berlusconi a déclaré qu'il s'agissait tout simplement de compétitions de spectacles « burlesques ». Des jeunes femmes s'entraînaient à la danse style french cancan, le tout dans une atmosphère de sérénité, de sympathie et d'entrain, précise l'ex-chef du gouvernement italien.

Mais cela ne correspond pas vraiment à ce qu'à raconté une jeune femme qui a témoigné dans le cadre de l'affaire en début de semaine. Elle assure que les participantes aux soirées « bunga-bunga » faisaient des strip-teases et terminaient en sous-vêtements.

Silvio Berlusconi estime que le parquet de Milan a ruiné la réputation de ces jeunes femmes alors qu'elles n'avaient rien fait de plus que de participer à des dîners chez lui. Le Cavaliere a confirmé qu’il avait récemment donné de l'argent à certaines de ces femmes qui auraient perdu leur travail et leur fiancé à la suite du scandale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.