Accéder au contenu principal
Espagne / Zone euro

L’Espagne va demander une aide financière européenne pour son secteur bancaire

Le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, lors d'une conférence de presse ce samedi 9 juin 2012. Son gouvernement a annoncé vouloir demander un aide européenne pour sauver le secteur bancaire espagnol.
Le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, lors d'une conférence de presse ce samedi 9 juin 2012. Son gouvernement a annoncé vouloir demander un aide européenne pour sauver le secteur bancaire espagnol. REUTERS/Paul Hanna
Texte par : RFI Suivre
4 mn

A l’issue de leur conférence téléphonique, les ministres des Finances des 17 pays de la zone euro se sont dits prêts à répondre favorablement à une demande d'aide de l'Espagne en faveur de son secteur bancaire et à lui prêter jusqu'à 100 milliards d'euros. Mais Madrid attend, pour formuler une demande chiffrée, les résultats de l'audit réalisé par les cabinets allemand et américain, qui doit être remis au plus tard le 21 juin au gouvernement.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

L’Europe va donc mettre à disposition de l’Etat espagnol jusqu’à 100 milliards d’euros, ce qui est bien plus que les besoins du secteur tels qu’estimés par le FMI (40 milliards d’euros). Cette aide sera donc destinée à recapitaliser le secteur bancaire. Elle transitera par le fonds public de soutien aux banques espagnoles, fonds qui renflouera à son tour les établissements de crédits en fonction de leurs besoins.

Ce n’est donc pas une aide directe aux banques, comme le souhaitait Madrid. En revanche, le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a obtenu gain de cause sur le rôle du FMI : celui-ci ne participera pas financièrement au plan de sauvetage, il ne pourra donc pas imposer des conditions draconiennes, comme c’est le cas au Portugal, en Irlande ou en Grèce.

En contrepartie de ce plan d’aide, les Européens demandent à l’Espagne davantage d’efforts sur l’assainissement du secteur financier.

Les Allemands se disent "nous on a fait beaucoup d'efforts chez nous, pourquoi les économies européennes, si on veut s'en sortir en commun, ne feraient pas leur propres efforts chez eux ?"

Eric Delanoy

Les Espagnols ne seront donc pas touchés par de nouvelles mesures d’austérité générale. L’Espagne est le quatrième pays à bénéficier d’un plan de sauvetage mais Madrid n’appartiendra pas au groupe des pays sous perfusion financière soumis à un redoutable contrôle de la troïka : Union européenne, FMI et Banque centrale européenne. Certains craignent cependant une perte de souveraineté à terme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.