Accéder au contenu principal
Zone euro

La Grèce au menu de la réunion des ministres des Finances de la zone euro

Antonis Samaras, nouveau Premier ministre grec.
Antonis Samaras, nouveau Premier ministre grec. AFP PHOTO / Panagiotis Tzamaros
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La Grèce a depuis mercredi soir un nouveau Premier ministre. C’est le leader de la droite, vainqueur, dimanche, des législatives, qui prend les rênes du gouvernement. Antonis Samaras n’est pas un inconnu pour l’exécutif européen. Il a plusieurs fois été ministre. Le nouveau ministre grec des Finances est attendu ce jeudi 21 juin à Luxembourg où se tient dans la soirée une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

Pour l’instant, c’est la plus grande prudence qui règne à Bruxelles après l'élection de dimanche. Les revirements et rebondissements en Grèce ont appris aux Européens à ne pas trop se presser, surtout depuis la proposition de référendum de Georges Papandreou ou l’annonce des législatives de ce printemps.

Personne, donc, ne se félicitera officiellement ici de la constitution du nouveau gouvernement grec, tant qu’il ne sera pas effectivement installé aux manettes dans les ministères. Il semble évident qu’il s’agit là de ce que les Européens appellent de leurs vœux depuis les premières législatives du 6 mai avec impatience.

Ces législatives qui ont placé le gouvernement intérimaire de Lucas Papademos en situation d’affaires courantes, et donc dans l’incapacité de mener à bien les réformes attendues. Ceci est bien entendu le point le plus critique.

Les déclarations des partis grecs après le 6 mai, qui remettaient en cause les réformes promises aux Européens, ont fait trembler sur ses bases la fragile architecture du second plan de sauvetage à la Grèce. Il repose sur un équilibre byzantin, entre créances privées, aides financières et mesures d’austérité. Et les déclarations des dirigeants du Pasok depuis les législatives de dimanche, ne sont pas faites pour rassurer, puisque l’objectif assigné au nouveau gouvernement de coalition serait de renégocier les accords du plan de sauvetage européen.

Ce que les Européens attendent maintenant avec impatience, dans les heures qui viennent, c’est la prise de fonction du nouveau ministre grec des Finances, qui sera attendu de pied ferme ce jeudi soir à Luxembourg.

Hormis le cas de la Grèce, l’Espagne, mais aussi l’Italie, l’île de Chypre, et puis aussi l’Irlande, sont au menu de la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Luxembourg.

Depuis le lancement du plan de soutien aux banques espagnoles, il y a quinze jours maintenant, l’Irlande est revenue à la charge, elle qui demande depuis plusieurs mois déjà, une renégociation du prêt octroyé il y a un an et demi par les Européens.

Dublin estime désormais qu’il y a deux poids deux mesures, puisque les 85 milliards de son plan de sauvetage ont été rendus nécessaires par le sauvetage par le gouvernement des banques irlandaises. L’Irlande a dû subir de lourdes mesures d’austérité en contre partie, alors que l’Espagne n’a que des mesures financières. Elle pourrait donc demander ce jeudi soir un doublement du délai de remboursement de quinze à trente ans.
RFI/Bruxelles
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.