Accéder au contenu principal
Union européenne

Trois pays européens critiquent les résultats du dernier sommet de l'UE

Le dernier sommet européen, réuni fin juin à Bruxelles, s'était séparé sur une certaine unanimité.
Le dernier sommet européen, réuni fin juin à Bruxelles, s'était séparé sur une certaine unanimité.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il y a une semaine, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne étaient réunis en sommet, et parvenaient à un accord très bien accueilli par les marchés. Mais trois pays de l'Union européenne, la Finlande, les Pays-Bas et la Slovaquie, dénoncent désormais certaines des décisions prises lors de cette rencontre.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

Les Finlandais, Néerlandais et Slovaques se sont plusieurs fois distingués, depuis le début de la crise de la dette, comme les partisans les plus acharnés de la discipline budgétaire, menaçant de faire capoter certains des plans de sauvetage.

Cette fois-ci, ils remettent en cause les résultats même du sommet européen clos le 29 juin, en particulier deux de ses aspects les plus importants. Ils s’opposent d’abord à la recapitalisation directe des banques par le Mécanisme européen de stabilisation (MES). La Slovaquie et la Finlande sont aussi contre le rachat par ce même fonds de sauvetage d’obligations d’Etat en difficulté sur le marché secondaire, les Pays-Bas y sont seulement réticents. C’est en quelque sorte le marché de l’occasion pour les obligations.

Le ministre espagnol des Finances, Luis de Guindos, a balayé cette fronde d’un revers de la main affirmant qu’aucun Etat ne dispose d’un veto à opposer à la recapitalisation, notant tout de même qu’avec 15% des voix, un groupe d’Etats pourrait torpiller un plan de recapitalisation bancaire.

Par ailleurs, les 17 pays de la zone euro doivent voter à l’unanimité tout projet de rachat sur le marché secondaire. Du coup, l’Allemagne qui était pourtant le champion auparavant de la rigueur s’est fendue d’un appel à l’unité. Et Mario Monti, le président du Conseil italien, a proposé une réunion spéciale sur le sujet vers le 20 juillet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.