Belgique

« BHV »: Bruxelles enterre son tout dernier arrondissement bilingue

Grand-place de Bruxelles.
Grand-place de Bruxelles. Getty Image/Allan Baxter

Les députés belges ont voté la scission de l’arrondissement bilingue de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Surnommé « BHV », cet arrondissement a longtemps empoisonné la vie politique entre les communautés flamande et francophone. L’histoire a commencé en 1963, avec la création d’une « frontière linguistique » entre le nord néerlandophone et le sud francophone, frontière symbolisée par ce dernier arrondissement bilingue.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

Sur le plan symbolique, ce vote met un terme à 50 ans de querelles politiques et linguistiques entre flamands et francophones de Belgique. La scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, dit « BHV », marque en quelque sorte la fin d’une Belgique unitaire et bilingue.

Située en région flamande, l'arrondissement cristallisait toutes les tensions communautaires entre le Nord et le Sud. La Flandre ne voulait plus voir les Belges francophones de cet arrondissement bénéficier de droits électoraux et judiciaires spécifiques. C’est désormais chose faite.

En échange de cette scission, les francophones ont tout de même obtenu certaines garanties : le parquet de Hal-Vilvorde compterait encore quelques magistrats de langue française. De plus, les électeurs francophones pourront choisir entre deux listes linguistiques.

Toutefois, ce vote ne signifie pas la fin des tensions entre les deux communautés. De nombreux chantiers restent à déminer : les responsables politiques doivent s’entendre sur l’étendue exacte du transfert de compétences du pouvoir fédéral vers les régions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail