Accéder au contenu principal
Roumanie / Politique

Roumanie: résultats contestés du référendum sur la destitution du président Basescu

Traian Basescu fête les premiers chiffres du taux de participation au référendum qui en invalideraient le résultat, le 29 juillet 2012.
Traian Basescu fête les premiers chiffres du taux de participation au référendum qui en invalideraient le résultat, le 29 juillet 2012. REUTERS/Bogdan Cristel
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Roumanie, le président Traian Basescu se félicite du faible taux de participation au référendum organisé dimanche et qui portait sur sa destitution. Malgré une écrasante majorité de votes à l'encontre du chef de l'Etat, la faible participation (inférieure aux 50% requis) induit que le vote sera vraisemblablement invalidé.

Publicité

Avec notre correspondant à Bucarest, Luca Niculescu

L'histoire se répète en Roumanie. Comme lors des élections de 2004 et de 2009, il était difficile dimanche de dire qui est vraiment le gagnant.

Ce lundi 30 juillet, c'est toujours la guerre des chiffres à Bucarest, entre ceux qui estiment que Traian Basescu est resté président, et ceux qui pensent qu’il doit partir.

Selon les partisans du président, le référendum ne sera pas validé, car seulement 45 % des Roumains se seraient présentés aux urnes. La barre de 50% de participation, nécessaire pour la validation, n’est donc pas franchie.

La coalition sociale-libérale, en revanche, qui veut sa destitution, estime que 52 % des Roumains ont voté. Donc, Traian Basescu n’est plus président de la Roumanie.

Le camp présidentiel avait appelé au boycott de la consultation, une majorité écrasante de ceux qui s’étaient rendus aux urnes a voté en faveur de la destitution, et la situation devrait s’éclaircir aujourd’hui en fin de matinée, avec la publication des premiers chiffres officiels.

Traian Basescu pourrait donc rester en poste, car il remporte une victoire s’il reste président, mais une victoire sans gloire. Quoi qu’il arrive, environ 8 millions de Roumains ont voté pour sa destitution, alors que voici trois ans, quand il avait obtenu son deuxième mandat de président, il n’avait récolté que 5 millions de voix en sa faveur. Il y a donc aujourd’hui un problème de légitimité le concernant.

Ce lundi matin, Traian Basescu assure qu’il a compris le message et affirme qu’une fois redevenu président, il va s’employer à réconcilier les Roumains qui sont aujourd’hui divisés. Mais dans le même temps, il affirme aussi que ceux qui ont voulu sa destitution sont des traîtres qui ont essayé un coup d’Etat.

Néanmoins, s’il reste président, il devra cohabiter avec la coalition sociale-libérale, qui a essayé de le renverser. La guerre politique comme la guerre des chiffres est loin d’être terminée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.