La revue de presse des Balkans

Regain de tension dans le nord du Kosovo

Publicité

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Des soldats polonais de la Kfor ont empêché le passage d’un convoi transportant trois tonnes de marchandises sur une route alternative reliant le nord du Kosovo à Raška. Les autorités serbes ont dénoncé un coup de force, accusant les troupes de l’Otan de prendre le parti de Pristina. Les véhicules de tourisme peuvent toujours passer selon les dernières informations.

La Croatie va-t-elle céder à la Bosnie-Herzégovine les îles de Mali et Veli Školj, ainsi que l’extrémité de la péninsule de Klek, qui ferme le golfe de Neum, comme le prévoit un accord signé en 1999 ? Pour Zagreb, il s’agirait de « dédommager » par avance Sarajevo, hostile à la construction du pont de Pelješac et au passage de l’autoroute de Dubrovnik par l’enclave bosnienne de Neum.

Au cours du XXe siècle, la carrière Jadrankamen de l’île de Brač a survécu à deux guerres mondiales et à tous les régimes politiques qui se sont succédé, mais au XXIe siècle, la crise financière pourrait lui être fatale. Une issue que refusent les ouvriers du site. Ils se sont engagés dans une lutte à mort pour sauver leur outil de travail spolié par un entrepreneur véreux qui bénéficie du soutien des autorités. Un combat perdu d’avance ?

Les organisations criminelles prospèrent toujours en Bulgarie. En 2010-2011, leurs activités ont généré plus de 1,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit près de 5% du PIB bulgare. Ces chiffres sont inférieurs à ce qu’ils étaient à l’époque communiste, mais le crime organisé reste l’une des principales menaces pour l’économie bulgare, s’appuyant sur de solides réseaux de corruption au sein de l’appareil de l’État. Décryptage.

László Sas, journaliste de 69 ans, vient d’être incarcéré à la prison de Subotica, tout au nord de la Serbie. Son crime : avoir « insulté » László Toroczkai, dirigeant d’un mouvement d’extrême droite interdit de 2008 à 2010. Il doit purger une peine de 150 jours pour ne pas avoir payé, faute d’argent, l’amende de 150 000 dinars à laquelle il avait été condamné.

Hormis quelques grands noms comme Želimir Žilnik, le cinéma documentaire de l’ancienne Yougoslavie végétait ces dernières années, concurrencé par les reportages télé sensationnalistes. Mais depuis peu, une nouvelle génération de réalisateurs explose dans les grands festivals du monde entier, preuve de la richesse d’un genre sous-représenté sur les écrans balkaniques. Zoom sur le cinéma du réel des Balkans par notre spécialiste culture.

Après l’implosion de la Yougoslavie, la Serbie a conservé de solides amitiés dans le monde arabe. Nombre de ses sportifs y partent toujours monnayer leurs services, et notamment en Syrie et en Libye et les révolutions ne font pas vraiment leurs affaires. En Égypte, la porte est désormais fermée aux sportifs étrangers. Un basketteur et un entraîneur font le point sur la situation actuelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail