Biélorussie / Suède

Tension diplomatique entre la Suède et la Biélorussie

Stefan Eriksson, l'ambassadeur de Suède à Minsk, a été expulsé.
Stefan Eriksson, l'ambassadeur de Suède à Minsk, a été expulsé. sweden.gov.se

Les autorités biélorusses ont expulsé vendredi 3 août l'ambassadeur de Suède à Minsk. Selon le ministre suédois des Affaires étrangères, le représentant du royaume de Suèdeaurait été un peu trop proche de l'opposition. De son côté, Minsk est plus flou dans ses explications. Le nouvel ambassadeur biélorusse attendu en Suède a été déclaré persona non grata par Stockholm.

Publicité

Avec notre correspondant à Stockholm, Jean-Paul Pourron

L’expulsion de Stefan Eriksson, l’ambassadeur de Suède en Biélorussie, a soulevé l’indignation du ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, qui dénonce sur son compte Twitter que les accusations portées par les autorités de Minsk sont sans fondement. En réalité, c’est l’engagement de l’ambassadeur suédois pour la défense des droits de l’homme et de la démocratie dans ce pays d'Europe de l'Est qui est à l’origine de l’expulsion.

Minsk, en revanche, joue sur les mots en déclarant que l’ambassadeur n’a pas été expulsé mais que son accréditation n’a pas pu être prolongée, ajoutant tout de même, que l’ambassadeur avait, par ses activités et ses rencontres avec l’opposition, cherché à détruire les relations bilatérales.

La Suède, pour sa part, et en rétorsion, a déclaré que le nouvel ambassadeur de Biélorussie qui était attendu à Stockholm en remplacement de celui qui vient de partir, n’est plus le bienvenu.

L’annonce de l’expulsion intervient un mois après qu’un avion affrété par une agence de publicité suédoise a pénétré illégalement l’espace aérien de la Biélorussie et procédé à un lâcher d’un million d’ours en peluche, notamment au-dessus de Minsk portant des messages critiques au régime. Une campagne bien orchestrée avec des vidéos diffusées sur internet qui visaient entre autres à ridiculiser le régime d’Alexandre Loukachenko.

Ce vendredi 3 août, l'Union européenne, par la voix de Catherine Ashton, a menacé la Biélorussie de « mesures appropriées ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail