Géorgie

Législatives : quelle majorité pour la Géorgie?

Les Géorgiens sont appelés à élire leurs députés ce 1er octobre 2012.
Les Géorgiens sont appelés à élire leurs députés ce 1er octobre 2012. (CC)/Kober/Wikipédia

Les électeurs géorgiens sont appelés à renouveler leurs députés, ce lundi 1er octobre. Scrutin test pour le président sortant, héros de la « Révolution de la Rose ». Mikheïl Saakachvili est favori, face à lui, le « Rêve géorgien », une coalition d'opposition menée par le milliardaire Bidzina Ivanichvili. Ce pays du Caucase, longtemps sous domination russe et indépendant depuis 1991, a progressivement voulu s'affranchir du joug russe et le tournant pro-occidental était meme engagé en 2004 avec l'élection à la présidence de Mikhail Saakachvili au point d'envisager une entrée dans l'Otan. Mais la guerre éclair de 2008 avec la Russie a mis un coup de frein à ttes ces ambitions. Alors, aujourd'hui, quels sont les enjeux de ce srutin.

Publicité

La Géorgie est un régime présidentiel. Mikheïl Saakachvili, qui dirige le pays depuis 2004, continue à se présenter comme un rempart contre l'influence russe. Mais son rêve d'un rapprochement avec les structures occidentales, notamment l'Otan, s'est éloigné après la guerre éclair de 2008, contre la Russie.

Le soutien de Moscou à l'Abkhazie et à l'Ossétie du Sud, qui ont déclaré leur indépendance par rapport à la Géorgie, constitue un handicap majeur pour le pouvoir de Tbilissi. Quoi qu'il en soit, les relations avec la Russie restent un enjeu de taille pour les Géorgiens.

L'économie du pays est détenue, dans une proportion significative, par des capitaux russes. Plus d'un million de Géorgiens ont des passeports délivrés par Moscou. La Russie a imposé depuis 2006 un embargo sur les vins et les eaux minérales de Géorgie, qui sont une ressource importante pour ce pays.

Si une victoire de l'opposition géorgienne aux législatives reste peu probable, malgré la dynamique d'union enclanchée par le milliardaire Bidzina Ivanichvili, le résultat du scrutin reste important. En effet, en 2013, lorsque le mandat présidentiel de Mikheïl Saakachvili arrivera à son terme, un changement de la Constitution entrera en vigueur et le Parlement de Tbilissi aura des pouvoirs accrus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail