France / UE

France : les députés adoptent le traité budgétaire européen avec une majorité de gauche

A l'Assemblée nationale, ce mardi 9 octobre, les députés ont voté en faveur de la  ratification du traité budgétaire européen.
A l'Assemblée nationale, ce mardi 9 octobre, les députés ont voté en faveur de la ratification du traité budgétaire européen. REUTERS/Charles Platiau

Environ 280 députés de gauche ont voté à l'Assemblée nationale en faveur du traité budgétaire européen. Le texte a été adopté, au final, par 477 voix, contre 70, sans que les votes de la droite en faveur du texte aient été déterminants. Mais les opposants à gauche ont campé sur leurs positions.

Publicité

C'est le soulagement au gouvernement après l'adoption du traité budgétaire européen par les députés. A tel point que Jean-Marc Ayrault est venu lui-même se féliciter de ce résultat devant la presse à l'Assemblée nationale. Un fait inhabituel, pour ne pas dire exceptionnel, pour un Premier ministre en exercice. Mais il faut dire qu'après avoir dramatisé l'enjeu de ce scrutin durant des semaines, après avoir affirmé qu'il s'agissait de soutenir l'action du président de la République, le Premier ministre a voulu sanctionner lui-même le résultat.

La gauche a en effet réussi à obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés à elle seule. Et c'est bien cela que Jean-Marc Ayrault et François Hollande souhaitaient : ne pas avoir besoin des voix de l'opposition de droite pour faire adopter ce texte.

La barrière psychologique n'a donc pas été franchie. L'honneur est sauf. Mais cela ne veut pas dire pour autant que le gouvernement a véritablement réussi à obtenir un soutien massif de la majorité et à convaincre les opposants au traité, notamment à l'intérieur du PS, puisque 20 membres du groupe socialiste ont campé sur leurs positions et ont voté contre. Neuf autres se sont abstenus.

Le gouvernement a donc franchi l'étape du traité européen en réussissant à éviter l'accroc majeur mais sans susciter une véritable adhésion.

C’est un encouragement important pour le président de la République à continuer ce combat qui ne fait que commencer.

David Assouline

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail