Portugal / Social

Portugal: le vote du budget d'austérité 2013 conspué par les manifestants

Ce sont pour beaucoup des salariés du secteur public qui ont répondu à l'appel de la CGTP et de diverses organisations, mercredi 31 octobre 2012 à Lisbonne.
Ce sont pour beaucoup des salariés du secteur public qui ont répondu à l'appel de la CGTP et de diverses organisations, mercredi 31 octobre 2012 à Lisbonne. REUTERS/Jose Manuel Ribeiro
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Portugal, le principal syndicat, la Confédération générale du travail (GCTP) a appelé mercredi 31 octobre à un rassemblement sur la place du Parlement à Lisbonne pour protester contre l’adoption par les députés d’un budget d’austérité pour l'année 2013. Le texte a été voté malgré l’opposition de la gauche du Parlement, des socialistes à l’extrême-gauche et des milliers de manifestants ont de nouveau crié leur hostilité à la politique de rigueur du gouvernement.

Publicité

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

«De ce budget on ne veut pas», «gouvernement et troïka dehors», «le peuple en a assez»… sont quelques-uns des slogans repris par les milliers de personnes qui ont protesté contre l’adoption par les députés de droite du budget 2013 au Portugal.

Un budget qui va peser sur les impôts et réduire encore le pouvoir d’achat des Portugais. Dans la foule dense, Luis Felipe, un retraité proteste: «Les gens vont avoir moins d’argent. Et ce gouvernement qui augmente les cantines, c'est-à-dire la distribution de la soupe populaire ! On est en train de revenir à la fin du 19ème siècle !»

Pétards et sifflets

C'est dans une ambiance électrique, où résonnent pétards et sifflets, que les dirigeants de la CGTP, la Confédération générale des travailleurs portugais, qui ont appelé à la manifestation exhortent à la mobilisation. Sonia, employée de mairie et mère de deux enfants, cache mal son émotion : «Je suis très préoccupée, pour moi, pour mes fils…tous nos droits, on est en train de tout perdre

En clôture de manifestation, comme toujours, l’hymne national a retenti. Des échauffourées ont eu lieu dans la soirée, jets de pierre, feu de poubelles et renversement de barrières, obligeant la police à renforcer la sécurité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail