Royaume-Uni

Royaume-Uni : l'islamiste Abou Qatada est libre, au grand dam des autorités britanniques

L'islamiste Abou Qatada de retour à son domicile, après sa sortie de prison le mardi 13 novembre.
L'islamiste Abou Qatada de retour à son domicile, après sa sortie de prison le mardi 13 novembre. REUTERS/Neil Hall
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’islamiste Abou Qatada est sorti de prison ce mardi en fin de matinée sur décision de la justice qui lui a accordé une libération conditionnelle. C’est un grave revers pour le gouvernement britannique qui tente de l’extrader depuis dix ans vers la Jordanie où il doit être rejugé pour préparation d’attentats. La ministre de l’Intérieur a immédiatement annoncé qu’elle ferait appel de cette décision.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Traqué par les télévisions britanniques, Abou Qatada, reconnaissable à une longue barbe désormais grisonnante, a quitté précipitamment la prison de haute sécurité de Long Martin à l’arrière d’un fourgon noir. Direction Londres, où réside sa famille.

Le prédicateur radical est désormais libre mais devra se plier à des conditions très strictes : un couvre-feu de 16 heures par jour qui ne l’autorise à sortir qu’entre 8h du matin et 16h ; le port d'un bracelet électronique ; l'interdiction d'utiliser internet, téléphone portable, tablette. Abou Qatada n'est autorisé à contacter par ailleurs que certaines personnes.

Ce retour symbolique dans les rues de Londres provoque la colère générale et constitue une profonde humiliation pour le gouvernement. La ministre de l’Intérieur Theresa May a plusieurs options, mais elles reviennent à reprendre avec les avocats d’Abou Qatada le jeu de ping-pong interminable entre les différentes cours de justice britanniques et européenne.

L’ultime solution que beaucoup appellent de leurs vœux est d’expulser de force l’imam dans un avion vers la Jordanie. Le gouvernement, qui serait alors hors-la-loi, s’y refuse et pourrait se résoudre à maintenir sous surveillance constante Abou Qatada, au prix de plusieurs millions d’euros par an pour le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail