Transport

Accord de dernière minute avec les syndicats pour sauver la compagnie aérienne SAS de la faillite

La compagnie aérienne scandinave SAS envisage de licencier 6000 employés pour éviter la faillite.
La compagnie aérienne scandinave SAS envisage de licencier 6000 employés pour éviter la faillite. REUTERS/Johan Nilsson
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A l'issue de négociations-marathon, la compagnie aérienne scandinave SAS a conclu un accord avec les huit syndicats de la compagnie sur des réductions de salaires, ouvrant la voie à un sauvetage de la compagnie aérienne en grande difficulté.

Publicité

Les Etats danois, suédois et norvégien, qui détiennent ensemble 50% du capital de SAS, ainsi que les créanciers privés de la compagnie, en avaient fait la condition de leur soutien financier à un plan de restructuration, qualifié de « plan de la dernière chance » : pour éviter la faillite, de nouveaux accords salariaux devaient être négociés avec les syndicats.

Cela n'a pas été facile et les discussions, qui devaient s'achever dimanche dernier délai, se sont poursuivies ce lundi 19 novembre. Outre des réductions de salaires, le plan prévoit de ramener les effectifs du groupe de 15 000 à 9 000 personnes.

L'accord conclu avec les syndicats a redonné confiance aux marchés, au moins à court terme : l'action SAS reprenait plus de 20% lundi à la Bourse de Stockholm. Mais l'agence de notation Standard & Poor's a dégradé encore davantage la note de SAS à « 3C+ », soit une catégorie très spéculative, présentant des risques réels de défaut. L'agence estime que la compagnie aérienne scandinave pourrait mettre « un certain temps » avant de se remettre de sa situation actuelle de lourd déficit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail