Accéder au contenu principal
La Revue de Presse des Balkans

A la Une : bruit, fureur et ultra-libéralisme en Slovénie... Les raisons de la colère

Texte par : Alexandre Billette
8 mn

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Publicité

Depuis la mi-novembre, la Slovénie, d’ordinaire si calme, fait face à un mouvement de protestation d’une ampleur sans équivalent depuis l’indépendance. En cause, la corruption des élites politiques et un virage vers l’ultralibéralisme qui ne passe plus. Alors que le miracle économique slovène semble avoir vécu, la population est bien décidée à ne rien lâcher. Quelle issue pour ce mouvement populaire ? L’édito de Mladina.

La coalition du Premier ministre Victor Ponta semble assurée d’une large victoire lors du scrutin législatif de dimanche, mais la crise politique que connaît la Roumanie ne sera pas réglée pour autant. Que fera le président Traian Băsescu, seul habilité à nommer ensuite le chef du gouvernement ? Va-t-il risquer le coup de force en nommant un de ses proches, reconduire à son poste son ennemi juré Victor Ponta, ou tenter de faire éclater la coalition gouvernementale ?

Après la joie du retour de Ramush Haradinaj, la vie politique a repris son cours au Kosovo. Fragilisée par de multiples affaires de corruption et des divisions internes, la coalition gouvernementale d’Hashim Thaçi a fait appel à l’AAK, le parti d’Haradinaj, pour se maintenir au pouvoir. Alors que le dialogue sous l’égide de l’Union européenne reprend mardi avec Belgrade, ces pourparlers pourraient avoir l’allure de négociations entre « patriotes ».

La Bosnie n’occupe pas une place centrale dans les routes migratoires qui traversent les Balkans, mais de nombreux clandestins continuent de franchir ses frontières mal contrôlées. Le plus dur reste le passage en Croatie et la plupart se font arrêter dans le nord-ouest du pays. Ils sont alors placés dans un centre de rétention ultra-sécurisé près de Sarajevo, à Lukavica, d’où il est quasiment impossible de ressortir.
Reportage dans des oubliettes modernes.

Le Parlement monténégrin a approuvé mardi soir la formation du nouveau gouvernement, dirigé pour la septième fois par Milo Đukanović. L’ancien Premier ministre Igor Lukšić récupère le portefeuille des Affaires étrangères et européennes. La composition du cabinet change très peu, hormis l’entrée dans la coalition de Rafet Husović, le dirigeant du Parti bosniaque, nommé vice-Premier ministre.

Uroš Mišić, le supporter ultra de l’Étoile rouge condamné en 2010 à une peine de cinq ans de prison pour tentative de meurtre sur un policier en civil, a été libéré. Il a bénéficié de la nouvelle loi d’amnistie votée par le Parlement serbe le mois dernier. Sa victime, le policier Nebojša Trajković, est choqué par cette remise en liberté.

Au mois de septembre, le ministre de la Santé a imposé une réforme du système de santé qui prévoit que les médecins seront payés à l’acte, suivant un barème imposé. Ceux qui n’atteindront pas la norme fixée seront pénalisés financièrement. Depuis, les blouses blanches sont en grève. « Mouvement politique » comme le clame le ministre ou action civique pour défendre les patients ? Le point de vue de l’universitaire Nano Ruzin.

Les clubs de Republika Srpska se trouvent dans une situation financière dramatique. Politiques, sportifs, dirigeants et citoyens sont d’accords pour faire évoluer le statut associatif des clubs et en faire des organisations à but lucratif, seule solution pour permettre la venue d’investisseurs privés ambitieux. Reste maintenant à mettre en œuvre une réforme qui attend depuis l’indépendance il y a vingt ans.

L’acquittement du « héros de la guerre d’indépendance » et de son co-accusé le général Markač par le TPI a donc « légalisé » le nettoyage ethnique en Krajina. Début août 1995, l’opération Oluja dirigée par Ante Gotovina avait permis la reconquête en à peine quelques jours de cette cette région croate majoritairement serbe depuis le XVIIe siècle. De nombreux crimes avaient été commis contre la population civile, qui avait fui en masse. Retour sur cette page sombre de l’histoire balkanique.

Attendu comme le messie, José Manuel Barroso était en Moldavie vendredi. Pour sa première visite, le président de la Commission européenne n’a donné de réponse concrète ni sur la libéralisation du régime des visas ni l’intégration prochaine à l’UE. Il a tenu à féliciter Chișinău pour ses réformes, en incitant à leur poursuite.

Alors que le pays est frappé par une profonde crise économique et sociale, une dizaine d’ecclésiastiques grecs de haut rang sont dans le collimateur de la justice pour fraude fiscale et favoritisme. Au sein de la puissante Eglise orthodoxe grecque, certains évoquent une « attaque contre l’Eglise » de la part de l’Etat.

Belgrade et Pristina ont conclu un accord sur la gestion intégrée des postes-frontière. Fonctionnaires serbes et kosovars travailleront ensemble sous la surveillance d’Eulex. Un arrangement pas « idéal » pour Belgrade, mais qui « n’établit pas une frontière ». Dans le nord, les Serbes ont bloqué la route entre Leposavić et Raška, pas rassurés par les déclarations d’Ivica Dačić.

Le Premier ministre l’assure : « il n’y a aucune censure en Bulgarie ». Pourtant quand des journalistes l’interrogent sur la lettre envoyée par l’UE l’incitant à tout faire pour défendre la liberté de la presse, il préfère botter en touche. Parce que le problème des médias, c’est qu’ils passent leur temps à « faire des commentaires » au lieu de défendre l’action de son gouvernement...

Ivica Dačić et Hashim Thaçi, les Premiers ministres serbe et kosovar, se retrouvent à Bruxelles pour la première rencontre après la libération de Ramush Haradinaj. Malgré les provocations lancées à Belgrade et Pristina, le dialogue n’est donc pas rompu. Il faut dire que Belgrade doit montrer patte blanche pour obtenir rapidement un date d’ouverture de ses négociations d’adhésion avec l’UE.

Le Parlement de Republika Srspka (RS) est en plein débat sur son budget 2013 placé sous le signe de l’austérité. Dans ce contexte déprimé, une grande manifestation a réuni vendredi des milliers de citoyens à Banja Luka contre les coupes prévues pour réduire la dette de l’entité serbe. Le FMI impose l’adoption de plans d’austérité dans les deux entités de Bosnie pour verser l’aide promise en septembre.

L’Albanie et le Kosovo ont réclamé dimanche l’ouverture d’une « enquête internationale indépendante » sur Carla Del Ponte pour le rôle « tendancieux et illégal » qu’elle aurait joué dans l’accusation de Ramush Haradinaj, acquitté pour la seconde fois jeudi par le TPIY pour les crimes commis par l’UÇK dans le camp de Jabllanicë. L’objectif : discréditer l’ancienne procureure du TPIY.


Le Courrier des Balkans traverse aujourd’hui une période difficile.
Depuis maintenant trois ans, les subventions qui nous étaient habituellement accordées sont en forte diminution ou nous ont été refusées. Trouver de nouveaux financements n’est guère facile en période de crise économique et de malaise social. Nous faisons donc appel à nos lecteurs pour poursuivre cette aventure commencée en 1998.

 Appel aux lecteurs : soutenez Le Courrier des Balkans !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.