Ukraine / Gaz de schiste

Gaz de schiste: l’Ukraine et Shell signent un accord majeur

Forage de gaz de schiste.
Forage de gaz de schiste. Getty Images

L'Ukraine est bien connue pour ses guerres du gaz avec la Russie. Cette année, la situation est plus calme et le gouvernement travaille activement à une diversification de ses sources d'approvisionnement. Le Premier ministre a annoncé la signature d'un accord majeur ce 24 janvier avec le géant pétrolier anglo-hollandais Shell ; un accord qui ouvre la voie aux premières explorations des ressources en gaz de schiste, dont le sous-sol ukrainien serait très riche.

Publicité

De notre correspondant à Kiev

L'accord signé ce 24 janvier est un accord de partage de production entre le gouvernement ukrainien et la compagnie Royal Dutch Shell. Le contrat d'exploitation doit encore être signé au printemps pour que l'exploitation commence d'ici trois ans, mais cet accord est la dernière étape avant l'exploration de la nappe de Yuzovska, dans l'est de l'Ukraine. Selon les estimations, il y aurait environ 1,2 trillion de mètres cube de gaz dans le sous-sol ukrainien, ce qui ferait du pays la troisième réserve de gaz de schiste en Europe, après la France et la Norvège.

Alors pour Shell, l'exploitation de ces réserves est un contrat très juteux. La compagnie a remporté un appel d'offres il y a quelques mois, et on estime qu'elle pourrait investir au moins 7 milliards d'euros dans cette affaire, ce qui en ferait le plus gros investissement étranger en Ukraine.

Pourquoi le gaz de schiste ?

Le gaz ne coûte pas trop cher pour les citoyens ukrainiens, parce qu'il est subventionné par l'Etat. Mais l'Ukraine est quasi-totalement dépendante du gaz importé de Russie, et elle le paie au prix fort. Dans le dernier trimestre 2012, le prix pour 1 000 mètres cubes s'élevait à 430 dollars. C'est très lourd pour le budget de l'Etat, et cette situation est l'une des marques les plus tangibles de la dépendance à la Russie après la dissolution de l'URSS. Et ça provoque beaucoup de tensions, par exemple les fameuses guerres du gaz.

Le gaz de schiste, c'est l’une des pistes explorées par les Ukrainiens pour tenter de se défaire de cette emprise russe. Et si la taille des réserves se confirme, cela pourrait faire une différence majeure. En 2012, l'Ukraine a consommé 41 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Selon les prévisions, on pourrait produire plus de 20 milliards de mètres cubes de gaz de schiste d'ici 2025, soit la moitié de la consommation nationale.

Une aventure dangereuse ?

Il y a pourtant de grosses inquiétudes sur l'exploitation du gaz de schiste. En France, par exemple, le débat est vif et l'exploitation est interdite depuis 2011. En Ukraine, il n'y a pas de consensus. Comme partout, les écologistes et des associations de citoyens dénoncent les risques de l'exploitation du gaz de schiste pour l'environnement et la santé. Mais en ce moment, c'est le parti nationaliste Svoboda, affilié au Front national français, qui fait pression sur le gouvernement. En toute logique, le parti devrait être en faveur d'une moindre dépendance à la Russie. Mais il dénonce le manque de concertation avec les populations locales et blâme le gouvernement pour s'engager aveuglément dans une aventure dangereuse.

En fait, l'accord concerne une nappe dans l'est du pays, des régions très favorables au gouvernement. Mais dans l'ouest du pays, il y aurait une seconde nappe très importante, que devrait exploiter la compagnie Chevron. Mais les autorités locales, dominées par Svoboda, refusent d'autoriser les explorations. Si l'opposition perdure, cela pourrait changer la donne dans les années à venir. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail