République tchèque

Le vétéran de gauche Milos Zeman remporte la présidentielle tchèque

Le président élu Milos Zeman (c) s’adressant aux médias après son élection. Prague, le 26 janvier 2013.
Le président élu Milos Zeman (c) s’adressant aux médias après son élection. Prague, le 26 janvier 2013. REUTERS/David W Cerny

Les Tchèques votaient ce samedi 26 janvier pour le second tour de la présidentielle tenue pour la première fois au suffrage universel direct. Un second tour de scrutin qui s'annonçait serré. C'est un vétéran de gauche de la vie politique, Milos Zeman, 68 ans, qui l'a emporté. Il arrive largement en tête devant le chef de la diplomatie Karel Schwarzenberg, avec 54,8% des voix. Milos Zeman remplacera le très anti-européen Vaclav Klaus, dont le mandat expire le 7 mars.

Publicité

Avec notre correspondante à Prague, Christine Dupré

Économiste issu des rangs de la banque nationale à l'époque communiste, comme son prédécesseur Vaclav Klaus, Milos Zeman fut un bon Premier ministre de gauche, un bon gestionnaire de l'économie entre 1998 et 2002.

M. Zeman se définit comme un fédéraliste européen. Mais il est aussi un politicien opportuniste, qui n'hésita pas à nouer de petits arrangements avec la droite anti-européenne de Vaclav Klaus. Par ailleurs, c'est un personnage dont l'entourage n'a pas été épargné par les affaires de corruption, et reste très lié aux milieux d'affaires russes.

C'est ce Milos Zeman « haut en couleur », versé parfois dans les bons mots assez vulgaires, qu'ont choisi près de 55% des Tchèques pour être leur président, leur parrain, leur patron leur protecteur.

L'immense majorité des citoyens des petites villes, des campagnes, surtout en Moravie, l'est du pays plus pauvre, souffre de la crise économique et de l'austérité imposés par le gouvernement de droite de Petr Necas.

Ils n'ont pas voulu envoyer au château de Prague le prince Karel Schwarzenberg, un aristocrate tchèquo-autrichien, actuel chef de la diplomatie tchèque qui ne connait pas l'hymne national. Schwarzenberg était tellement le chouchou des médias à Prague qu'il est arrivé à faire apparaître Milos Zeman comme le candidat antisystème.

 

Portrait de Milos Zeman, le nouveau président de la République Tchèque

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail