Belgique

Trois victimes de Marc Dutroux attaquent la Belgique devant la CEDH

Marc Dutroux devant le tribunal d’Arlon, le 21 juin 2004.
Marc Dutroux devant le tribunal d’Arlon, le 21 juin 2004. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Trois victimes de Marc Dutroux ont porté plainte contre la justice belge devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de Strasbourg. Une demande de libération conditionnelle, introduite par Marc Dutroux, sera examinée lundi 4 février. Le pédophile avait été condamné en 2004 à perpétuité pour l'enlèvement, la séquestration et le viol entre juin 1995 et août 1996, de six fillettes et adolescentes belges, et de la mort de quatre d'entre elles.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

Selon les termes de la loi belge, Marc Dutroux a le droit d’introduire une demande de libération conditionnelle, parce que si l'on compte la détention préventive, il a purgé seize ans de prison, soit plus du tiers de sa peine.

Il n’y a cependant aucune chance que cette demande aboutisse, car les experts psychiatriques ont jugé une récidive probable. Marc Dutroux devrait donc encore passer vingt-cinq ans derrière les barreaux, puisque que, à sa peine à perpétuité, le juge avait ajouté lors de sa condamnation, une peine de dix ans de mise à disposition du gouvernement. Ceci rend une libération anticipée inimaginable.

Il reste que trois victimes de Marc Dutroux ont tout de même décidé de porter plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme contre l’Etat belge, au sujet justement, des libérations anticipées.

La libération conditionnelle en août de Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux, les a ulcérés, comme une grande partie de l’opinion publique. Une réforme est à l’examen devant le Parlement belge pour allonger la partie incompressible des peines. Désormais, la moitié, voire les deux tiers pour les récidivistes.

Mais pour les victimes de Dutroux, les promesses n’ont pas été tenues. Ils exigent que soit accordé aux parties civiles le droit d’assister aux audiences de libération conditionnelle, de consulter la totalité du dossier et de faire appel de la décision.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail