Accéder au contenu principal
Roumanie

Viande de cheval dans les lasagnes Findus: la Roumanie lance une enquête

Des journalistes de télévision filment l'entrée de la société Comigel, à Metz, qui a distribué les lasagnes sous l'étiquette Findus.
Des journalistes de télévision filment l'entrée de la société Comigel, à Metz, qui a distribué les lasagnes sous l'étiquette Findus. REUTERS/Alexandre Marchi
Texte par : RFI Suivre
5 mn

La découverte de viande de cheval dans des lasagnes Findus supposées être au bœuf a provoqué un véritable scandale au Royaume-Uni. Spanghero, le fournisseur français de la viande de ce produit Findus, a annoncé son intention de poursuivre le producteur roumain. La Roumanie a lancé une enquête, mais les producteurs roumains refusent d’être les boucs émissaires.

Publicité

Avec notre correspondant à Bucarest, Luca Niculescu

En Roumanie, une enquête a été ouverte afin de déterminer si l’abattoir visé a bel et bien vendu de la viande de cheval sous une fausse étiquette. Les premiers résultats devraient être connus dès ce dimanche 10 février, et les autorités roumaines ont promis des sanctions draconiennes s'il s’avère que la société a effectivement menti sur la marchandise.

Si les autorités roumaines ont été promptes à réagir, il en a été de même de l’association Romalimenta, qui regroupe les producteurs de viandes du pays. Sorin Minéa, président de Romalimenta, refuse en effet de voir la Roumanie devenir le bouc émissaire dans cette affaire de viande de cheval.

Pour lui, l’importateur aurait du savoir que la viande en question était du cheval, et non du bœuf, parce que la viande de cheval a un goût et une texture particulière. Selon le président de l'association de producteurs, le recours à la viande chevaline pourrait s’expliquer par des raisons financières, la viande de cheval étant moins chère que celle de bœuf.

En Roumanie, qui compte trois abattoirs proposant de la viande de cheval, le produit est en fait très peu consommé : 90% de la production est en effet destiné à l’exportation, principalement vers la France et l’Italie.

Ce qui me paraît très surprenant, c'est que les professionnels qui ont eu à travailler cette viande, ne se soient aperçus de rien.

Michel Dantin

 

 

Partie du Royaume-Uni, l'affaire devient européenne

Si les lasagnes « au bœuf » étaient bien vendues sous l’étiquette Findus, c’est d’abord vers la société Comigel, filiale d’une entreprise luxembourgeoise qui distribue les lasagnes surgelées de Findus, que se sont tournés les regards. L’entreprise ayant expliqué se fournir auprès de la société française Spanghero pour les viandes entrant dans la fabrication des lasagnes Findus. Le président de Spanghero, Barthélémy Aguerre, refuse à son tour de porter le chapeau. « Nous avons acheté de la viande de bœuf origine Europe, et nous l’avons revendue. S’il s’agissait bien de cheval, nous allons nous retourner contre le fournisseur roumain », a-t-il expliqué samedi 9 février. En plus des autorités roumaines, Europol a annoncé avoir ouvert une enquête.

RFI

 Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

Ou il s’agit d’un accident provoqué par une grossière incompétence, ou il s’agit d’une conspiration criminelle internationale. Ce sont les deux explications évoquées par le ministre britannique de l’environnement, Owen Paterson, après voir tenu une réunion d’urgence, avec tous les responsables du scandale des lasagnes à la viande de cheval, étiquetés « 100 % bœuf de Findus ».

Mais c’est la piste criminelle qui est nettement privilégiée. « C’est un problème mondial, il faut s’attendre à de plus mauvaises nouvelles, lorsque seront connus les résultats de nouveaux tests,  a prévenu le ministre. En dernier ressort, les commerçants sont responsables de la qualité de leur produit, ils sont d’accord pour faire des tests plus souvent. Les résultats seront publiés tous les trois mois », a-t-il ajouté.

Une enquête interne de Findus exclut la contamination par accident. Selon le journal L’Observer, les mafias italiennes et polonaises auraient menacé des vétérinaires et des officiels de la chaîne alimentaire, pour qu’ils garantissent comme bœuf, ce qui était en réalité de la viande de porc ou de cheval.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.