Accéder au contenu principal
Serbie

TPIY de La Haye: le général serbe Momcilo Perisic acquitté en appel

Momcilo Perisic au Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie, le 28 février 2013.
Momcilo Perisic au Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie, le 28 février 2013. REUTERS/Koen Van Weel/ANP/Pool
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Il avait été condamné en première instance à 27 ans de prison pour crimes de guerre. Le général serbe Momcilo Perisic a été acquitté en appel, jeudi 28 février, par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie à La Haye. Il était le chef d'état-major de l'armée yougoslave pendant les guerres de Bosnie et Croatie. Son nom est pourtant associé au siège de Sarajevo, à la chute de Srebrenica et au bombardement de Zagreb. Mais la défense a montré qu'il n était pas impliqué dans les crimes de guerre.

Publicité

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

Le premier à avoir salué l'acquittement de Momcilo Perisic a été un autre ancien detenu du tribunal de la Haye, Veselin Slivancanin, qui espère que les autres généraux serbes seront bientôt libérés.

Le Premier ministre Serbe Ivica Dacic, a lui qualifié de bonne nouvelle cette libération. Pour Dacic, la preuve est faite que l'armée yougoslave n'a agressé ni la Bosnie ni la Croatie. De cette facon, Dacic reprend exactement les commentaires entendus à Zagreb lors de la libération, à l'automne dernier, du général croate Gotovina. Une libération qui prouvait, selon les Croates, que leur pays ne portait aucune responsabilité dans la guerre.

Scandale pour les mères de Srebrenica

Sur les blogs, aussi bien en Croatie qu'en Serbie et en Bosnie, le parallèle entre la libération du Croate Gotovina et du Serbe Perisic est évoqué par tous. Beaucoup voient en la libération de Perisic une sorte de service rendu à la Serbie, dans la continuité de la libération de Gotovina.

Pour les mères de Srebrenica en revanche, la libération de Perisic est un scandale. On voit, une fois de plus, que le tribunal international, au lieu de calmer les tensions dans la région, ravive les vieilles blessures.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.