Roumanie

Entrée dans l'espace Schengen: la Roumanie commence à se vexer

L'espace Schengen compte actuellement 22 des 27 membres de l'Union Européenne.
L'espace Schengen compte actuellement 22 des 27 membres de l'Union Européenne. DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Froissée par le refus systématique de certains pays européens de l'accepter dans l'espace de libre circulation, la Roumanie jette l'éponge. Le Premier minsitre roumain, Victor Ponta, a déclaré que la question de l'entrée de son pays dans l'espace Schengen ne serait plus une priorité si elle est de nouveau repoussée par les ministres européens de l'Interieur, en milieu de semaine prochaine.

Publicité

Avec notre correspondant à Bucarest, Luca Niculescu

Bucarest et Sofia commencent à être fâchées. Selon l'accord d'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie a l'Union Europeenne, les deux pays auraient dû rejoindre l'espace Schengen fin 2010. A l'époque plusieurs pays de l'Europe occidentale avait dit non. La raison officielle : les progrès insuffisants dans la lutte contre la corruption, ce qui risquait de rendre leurs frontières perméables.

Cette raison n'a jamais été acceptée en Roumanie et en Bulgarie. La Roumanie estime que ses frontières sont beaucoup plus sûres que celles d'autres pays, d'autant que c'est une sociéte franco-allemande, EADS, qui a pris en charge la sécurisation des frontières roumaines.

La crainte d'un afflux de Bulgares et de Roumains

Aujourd'hui, les deux pays montrent du doigt les dirigeants politiques européens. Selon les autorités roumaines, les pays occidentaux s'opposent a l'entrée de Bucarest et de Sofia dans Schengen craignant l'arrivée d'une vague de Roumains et de Bulgares.

Une crainte infondée, estime-t-on à Bucarest car aujourd'hui déja, les Roumains et les Bulgares peuvent circuler librement dans d'autres pays européens, munis d'une simple carte d'identité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail