Monténégro

Présidentielle au Monténégro: guerre des chiffres entre les deux vainqueurs autoproclamés

Filip Vujanovic (g), président sortant du Monténégro, et Miodrag Lekic (d), le candidat de l’opposition, ont tous les deux revendiqué la victoire ce dimanche 7 avril.
Filip Vujanovic (g), président sortant du Monténégro, et Miodrag Lekic (d), le candidat de l’opposition, ont tous les deux revendiqué la victoire ce dimanche 7 avril. REUTERS/Stevo Vasiljevic
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Deux présidents pour un petit pays de 600 000 habitants. C'est la situation inédite dans laquelle s'est retrouvé le Monténégro dimanche soir 7 avril, après le décompte d'une journée de votes. Le sortant, Filip Vujanovic, trois fois dirigeant du pays, était donné favori. Avec son opposant, Miodrag Lekic, ils se livrent une guerre des chiffres sans merci.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Podgorica, Jean-Arnault Dérens

Le Monténégro a basculé dimanche soir dans une situation inédite, imprévue et potentiellement dangereuse. En effet, les deux candidats à l’élection présidentielle ont l’un et l’autre proclamé leur victoire.

Le sortant, Filip Vujanovic, qui voudrait effectuer son troisième mandat à la tête du petit pays, prétend avoir obtenu 51,3% des suffrages, tandis que son adversaire, Miodrag Lekic, candidat unique de l’opposition, affirme avoir recueilli 50,5% des voix.

Toute la soirée de dimanche, les candidats se sont livrés, à distance, à la bataille des chiffres, tandis que la Commission électorale, largement contrôlée par les fidèles du pouvoir, restait muette.

Miodrag Lekic, chef du Nouveau front démocratique, qui réunit l'opposition droite et gauche confondues, affirme l’avoir emporté malgré de nombreuses irrégularités que ses observateurs ont constatées à travers tout le pays. Tout en appelant ses sympathisants au calme et à la retenue, il a assuré qu’il ne se laisserait pas « voler sa victoire ».

Le Parti démocratique des socialistes, duquel est membre le président sortant Filip Vujanovic, dirigé par le véritable homme fort du petit pays, le Premier ministre Milo Djukanovic, règne sans partage sur le Monténégro depuis plus de 20 ans.

C’est la première fois que son hégémonie est ainsi mise au défi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail