Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: Recep Tayyip Erdogan appelle ses partisans à la «patience» face aux «vandales»

Des partisans de Recep Tayyip Erdogan attendent le Premier ministre à l'aéroport Esenboga à Ankara, le 9 juin 2013.
Des partisans de Recep Tayyip Erdogan attendent le Premier ministre à l'aéroport Esenboga à Ankara, le 9 juin 2013. REUTERS/Umit Bektas
Texte par : Jérôme Bastion
2 mn

Le Premier ministre turc s’est adressé à ses partisans à Adana puis à Ankara ce dimanche 9 juin. Toujours en manque d’inspiration face à cette vague de protestation qui le déstabilise et affaiblit son pouvoir, Recep Tayyip Erdogan persiste dans la théorie du complot.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Après l’exécution du président Menderes en 1961 et l’empoisonnement criminel présumé du président Özal en 1993, Recep Tayyip Erdogan se présente comme la victime d’un complot qui voudrait l’éliminer à son tour. Ses commanditaires supposés, la mouvance Ergenekon, sont pourtant en prison depuis longtemps, leur procès est d’ailleurs sur le point de se terminer.

Le patron de l’AKP dénonce également les lobbyistes des taux d’intérêts et de la finance internationale, qui seraient jaloux de la réussite économique de la Turquie (sic). La piste du complot de l’étranger paraît avoir fait long feu, tout comme celle du terrorisme intérieur, et comme il ne semble toujours pas savoir comment s’adresser à ses contestataires, qu’il persiste à appeler « vandales », il en appelle à ses propres partisans.

« Patience », leur a-t-il lancé, calmant par la même occasion leur ardent désir d’en découdre avec la contestation, les « élections sont au printemps prochain ». Un scrutin local qui ouvrira la voie à des rendez-vous plus incertains pour lui et son parti : présidentielle au suffrage universel puis législatives. Autant de rendez-vous qui seront plus délicats à gérer, surtout à Istanbul.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.