Italie/justice

Italie: fin de la première semaine du « maxi procès » du Costa Concordia

Francesco Schettino (d), le capitaine du Costa Concordia  au cours de son procés à Grosseto, dans le centre de l'Italie, le 17 juillet 2013.
Francesco Schettino (d), le capitaine du Costa Concordia au cours de son procés à Grosseto, dans le centre de l'Italie, le 17 juillet 2013. REUTERS/Giampiero Sposito

C'est la fin de la première semaine de procès du « capitaine couard », comme il a été surnommé. Un procès qui s'annonce long. Sa reprise a été fixée au 23 septembre. Avec peut-être le versement de nouvelles preuves de chaque partie. Par ailleurs le tribunal de Grosseto, en Toscane, a condamné ce samedi 20 juillet cinq autres accusés à des peines allant de deux ans et dix mois de prison à un an et six mois de détention pour leur responsabilité dans le naufrage.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Le procès Consta Concordia sera bien un « maxi procès » avec près de 400 témoins, 250 parties civiles, et une soixantaine d’audiences, avant le jugement en première instance.

Au cours des premières audiences, la défense de l’ex-capitaine, Francesco Schettino, a donc réitéré une demande de peine négociée, soit trois ans et cinq mois de prison. Les avocats du principal accusé demandent aussi que l’épave du paquebot soit une nouvelle fois examinée avant qu’elle ne soit redressée. Ils estiment que, pour déterminer les responsabilités de Schettino dans le naufrage, qui a causé la mort de 32 personnes, il faut vérifier les portes étanches, les canots de sauvetage et les générateurs électriques de secours qui ne se sont pas déclenchés, bloquant, notamment, le fonctionnement des ascenseurs.

Pour savoir si ces requêtes seront acceptées il faudra attendre la reprise du procès le 23 septembre. De son côté, l’accusation a obtenu l’autorisation d’ajouter une nouvelle preuve au procès, à savoir, les images enregistrées à bord du navire par les caméras de surveillance qui montrent dans les détails toutes les phases de la tragédie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail