Russie / France

Après Gérard Depardieu, DSK séduit à son tour par la Russie

Dominique Strauss-Kahn, l'ancien patron du FMI.
Dominique Strauss-Kahn, l'ancien patron du FMI. Reuters/ Hereward Holland

Dominique Strauss-Kahn a-t-il décidé de suivre les traces du comédien français Gérard Depardieu ? L’ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) a en tout cas trouvé du travail en Russie. Deux ans après son départ mouvementé de la tête de l’institution, il vient d’être recruté dans le conseil de surveillance d’une structure financière publique russe alors que quelques jours plus tôt, il faisait son entrée dans les instances dirigeantes d’une banque russe. Deux organismes considérés comme proches du pouvoir.

Publicité

De notre correspondante à Moscou,

Les deux institutions financières sont d'assez près liées au Kremlin. Il y a dix jours, la Banque russe de développement des régions annonçait l’entrée de Dominique Strauss-Kahn dans son conseil de surveillance. Cette banque est contrôlée par le géant russe du pétrole Rosneft, compagnie d’Etat, premier groupe pétrolier mondial côté en bourse, dont le patron est Igor Setchine, un proche de Vladimir Poutine, qui est souvent présenté comme l’un des personnages les plus influents du pays.

L’autre établissement qui recrute l’ancien patron du FMI est le Fonds russe des investissements directs, créé par le gouvernement russe pour favoriser les investissements dans les entreprises du pays. La direction de ce groupe a précisé que la candidature de Dominique Strauss-Kahn avait été présentée par la maison mère, qui n’est autre que la banque de développement Vnech-ekonom-bank, la VEB, qui finance par exemple la construction des sites olympiques de Sotchi.

Les responsables des deux groupes ont refusé de faire des commentaires sur les prochaines activités de Dominique Strauss-Kahn. Pour ce qui concerne la Banque russe de développement des régions, Rosneft est en plein changement de stratégie. Or, comme l’a expliqué un haut responsable d’une banque étrangère à Moscou, Dominique Strauss-Kahn a un très gros carnet d’adresses en Europe.

Moins de vagues que pour l’affaire Depardieu

Un analyste financier explique par ailleurs que les Russes aiment que des personnalités siègent dans leurs conseils de surveillance. En dépit de sa réputation sulfureuse, DSK a encore de bonnes relations dans le monde des affaires, qui peuvent être très utiles pour une banque qui souhaite attirer des investissements internationaux qui veut s’étendre à l’étranger. Dominique Strauss-Kahn peut donc être l’homme de la situation.

Il y a quelques mois, c’est l’acteur Gérard Depardieu qui défrayait la chronique en obtenant son passeport russe. Aujourd’hui, les annonces concernant DSK sont passées de façon beaucoup plus discrète que l’affaire Depardieu, qui avait fait la Une de tous les journaux télévisés. Dans le cas de DSK, c’est surtout la presse économique qui a fait quelques commentaires, d'ailleurs souvent sceptiques.

Des analystes expliquent qu’en Europe, aucune grande banque n’invitera Dominique Strauss-Kahn, après l’affaire du Sofitel et celles qui ont été dévoilées dans la foulée, alors qu’en Russie, on est un peu plus tolérant avec ces choses-là. L’économiste Evgueni Iassine estime que DSK a été recruté pour donner un peu de lustre occidental, et étonnement, une certaine de forme de respectabilité à ces établissements. En parlant de respectabilité, un politologue, Serguei Sibiriakov suggère dans une boutade qu’il pourrait aussi trouver son bonheur en Russie, se marier avec une belle Russe et, comme Depardieu, obtenir la nationalité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail