Royaume-Uni

Naissance du «Royal baby»: la presse britannique en ébullition

La presse britannique s'en est donnée à coeur joie au lendemain de la naissance du Royal baby.
La presse britannique s'en est donnée à coeur joie au lendemain de la naissance du Royal baby. REUTERS/Paul Hackett

Son prénom n’a pas encore été communiqué, mais sa naissance est dûment fêtée à travers la Grande-Bretagne. Après plusieurs semaines d’attente, le bébé royal est venu au monde hier, lundi 22 juillet. Ce garçon de 3,8 kilos est le numéro 3 dans l’ordre de succession au trône, derrière son grand-père Charles et son père William. Il porte le titre de « Prince de Cambridge ». Et la presse britannique a célébré la naissance de ce bébé royal ce matin.

Publicité

Avec notre correspondante et notre envoyé spécial, Muriel Delcroix et Nicolas Ropert

A défaut de photos du bébé, les journaux publient des images de ses parents William et Kate, sous divers titres. Si certains manquent décidément d’imagination comme l’Express, le Telegraph et le Daily Star, qui proclament « It’s a boy » (« C’est un garçon »), d’autres ont été plus inspirés.

Le plus gros tirage de la presse, The Sun, champion des jeux de mots, se rebaptise « The Son », « Le Fils ». Le Daily Mail, qui comme d’autres quotidiens publie une édition souvenir, a choisi, lui, de faire parler le grand-père du bébé, le prince Charles, qui s’exclame « O boy, nous voilà grand-papa ». Il souligne que pour la première fois depuis 1874, le royaume a désormais trois héritiers masculins au trône.

Certains commentateurs s’avouent d’ailleurs un peu déçus que le bébé ne soit pas finalement une fille, car après un changement récent de la loi, elle aurait, pour la première fois, mis fin à la primauté des garçons dans l’accession au trône.

Enfin petite note discordante, l’éditorial du très républicain Guardian avertit que l’étoile du « bébé Cambridge » n’est pas si bonne. Le journal se demande si malgré les règnes exemplaires de son père et de son grand-père, et son comportement sans reproche, le Royaume-Uni sera encore, en 2065, un Etat qui aura à sa tête quelqu’un dont la place a été décidée par la naissance.

Un prénom objet de toutes les spéculations

Après une courte nuit pour ceux qui ont fait la fête, les Britanniques attendent désormais que la toute nouvelle mère sorte de la clinique où elle a été admise ce lundi matin. Les journalistes postés devant l’établissement avaient loupé l’arrivée furtive du couple princier ce lundi. Ils ne veulent surtout pas rater la sortie. Ils espèrent aussi apercevoir le bébé royal tant attendu.

Quelques festivités sont prévues dans la journée, mais pas de rassemblement populaire. Les déclarations politiques vont se poursuivre. Chacun y allant de son message de félicitations et de compliments pour Kate et William.

Reste ce dernier suspense : quel sera le prénom du troisième héritier dans l’ordre de la Couronne britannique ? Cette dernière formalité pourrait ne pas être dévoilée avant plusieurs jours. Il avait déjà fallu patienter une semaine avant de connaître celui de William et un mois pour celui de Charles. Pour le moment, George et James sont les favoris des parieurs, mais l’arrière-grand-père du bébé, Philip, a aussi la cote. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail