Accéder au contenu principal
Vatican

Le pape François sur l'homosexualité: «Qui suis-je pour juger?»

Le pape François lors de sa conférence de presse en avion, le 29 juillet 2013 au retour de Rio.
Le pape François lors de sa conférence de presse en avion, le 29 juillet 2013 au retour de Rio. REUTERS/Luca Zennaro/Pool
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le pape est rentré à Rome, ce lundi 29 juillet dans la matinée. Il a tweeté : « Je suis de retour à la maison et je vous assure que ma joie est beaucoup plus grande que ma fatigue. » Avant cela, il a tenu une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait de ses premières Journées mondiales de la jeunesse. Il n'a éludé aucun sujet et a prononcé des mots forts concernant l'homosexualité.

Publicité

De notre correspondant au Vatican, Antoine-Marie Izoard

Pendant près d'une heure et demi, le pape François n'a esquivé aucune question des journalistes qui l'accompagnaient, y compris sur des sujets polémiques. C'est ainsi qu'il a confié ne pas avoir eu peur en découvrant le contenu de l'affaire « Vatileaks », transmis par son prédécesseur. Un Benoît XVI qu'il a qualifié au passage de « grand-père humble et plein de sagesse ».

Interrogé sur l'avenir de l'IOR, la Banque du Vatican, le pape a également assuré qu'il avait confiance dans les personnes qui y travaillent aujourd'hui. Il attend les résultats de l'enquête de plusieurs commissions.

Le pape François en conférence de presse, dans l'avion qui le ramenait des JMJ de Rio, lundi 29 juillet.
Le pape François en conférence de presse, dans l'avion qui le ramenait des JMJ de Rio, lundi 29 juillet. REUTERS/Luca Zennaro/Pool

Ce qui a le plus retenu l'attention lors de cette conférence de presse en avion, ce sont les déclarations du pape sur l'homosexualité. Interrogé sur l'existence d'un lobby gay au Vatican, François a assuré ne pas l'avoir encore rencontré. Mais il a aussi souhaité insister sur la fraternité à l'égard des personnes homosexuelles. Avec une phrase forte et directe : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour juger ? »

« Le problème n'est pas d'avoir cette tendance, c'est de faire du lobbying, considère François. Lobbying politique, lobbying maçonnique, quel qu'il soit. On écrit tant sur ce
lobby gay. Faire du lobbying, c'est le problème le plus grave selon moi.
 » Sans surprise, le pape n'a pas, en revanche, annoncé d'ouverture à l'avortement, au mariage homosexuel ou encore à l'ordination des femmes.

Revenant sur son voyage au Brésil, il a évoqué les questions de sécurité : « Je ne voulais pas de blindage entre moi et la foule », a-t-il dit, expliquant qu'il voulait être avec les gens, les embrasser, les saluer. Il a aussi confirmé qu'il souhaitait se rendre l'an prochain à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.