Allemagne

L’Allemagne récupère la maîtrise de la surveillance de son territoire

Un manifestant devant un complexe de surveillance utilisé par la NSA, dans le sud de Francfort, le 20 juillet 2013.
Un manifestant devant un complexe de surveillance utilisé par la NSA, dans le sud de Francfort, le 20 juillet 2013. REUTERS/ Kai Pfaffenbach

C'est un texte qui datait de la Guerre froide. L'Allemagne annonce qu'elle met fin à un accord passé avec les États-Unis et la Grande-Bretagne sur la surveillance de son territoire. Pour le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, cette décision était « nécessaire et appropriée », après les affaires d’espionnage révélées ces dernières semaines.

Publicité

Avec la correspondante de France 24 à Berlin, Anne Maillet

Sous pression à quelques semaines des élections législatives, le gouvernement allemand tire une première conséquence de l’espionnage à grande échelle pratiqué par les services de renseignements américains et britanniques en Allemagne. Vendredi 2 août, le ministère allemand des Affaires étrangères a annoncé la fin d’un accord passé avec les alliés occidentaux en pleine guerre froide. Celui-ci leur permettait de surveiller en toute légalité les communications et le territoire allemands.

Une décision symbolique en pleine campagne électorale

Alors que les révélations se succèdent depuis près de deux mois et que la protection des données personnelles est devenue un enjeu de campagne, cette décision est avant tout symbolique. Le gouvernement allemand a lui-même précisé que cet accord n’était plus appliqué depuis la réunification.

Cela suffira-t-il malgré tout à apaiser les Allemands ? Rien n’est moins sûr. Selon un sondage publié cette semaine, 73% d’entre eux estiment que le gouvernement n’en fait pas assez pour garantir leur protection sur internet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail