Royaume-Uni

Royaume-Uni: opération banque propre chez HSBC

L'immeuble de la banque HSBC à Londres.
L'immeuble de la banque HSBC à Londres. REUTERS/Stefan Wermuth

HSBC demande à une quarantaine de représentations diplomatiques à Londres de fermer leurs comptes bancaires. Cette décision surprise provoque une panique dans la communauté diplomatique de la capitale du Royaume-Uni. La plus grande banque britannique a été condamnée en 2012 à une amende record de 2 milliards de dollars (1,5 milliard d’euros), aux Etats-Unis, pour des opérations de blanchiment d’argent dans ses succursales d’Amérique du Sud.

Publicité

Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

Même la nonciature apostolique, l’ambassade du Vatican, devra trouver une nouvelle banque d’ici soixante jours. Explication de HSBC : depuis deux ans, tous les clients de la banque, les diplomates comme les autres, sont évalués sur cinq critères contrôlant notamment leur rentabilité économique, leur liquidité et leurs relations internationales.

Selon un représentant du corps consulaire, « cette soudaine décision provoque une pagaille monstre. Nous avons besoin d’une banque pour encaisser l’argent des visas et des passeports, mais aussi pour payer les salaires et les factures ».

Victimes inattendues

Le ministère britannique des Affaires étrangères est intervenu pour aider ces représentations à trouver d’autres banques rendues méfiantes par la décision de HSBC. « Nous frappons à toutes les portes, mais les banques se ferment comme des huîtres », dit le consul honoraire du Bénin.

Ces 40 missions diplomatiques semblent être les victimes inattendues du renforcement de la lutte contre l’argent sale, annoncée en janvier dernier par la plus grande banque britannique qui annoncera ce lundi ses résultats pour les six premiers mois de l’année. Ils seront en hausse par rapport à l’an dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail