Espagne / Royaume-Uni

Le bras de fer continue à Gibraltar

Les bateaux de la garde civile espagnole et une embarcation de pêcheurs près de Gibraltar, le 18 août 2013.
Les bateaux de la garde civile espagnole et une embarcation de pêcheurs près de Gibraltar, le 18 août 2013. REUTERS/Jon Nazca

La tension est encore palpable dans les eaux de Gibraltar, où un navire de guerre britannique est arrivé ce lundi 19 août 2013 dans le cadre d’exercices militaires prévus depuis longtemps. La Commission européenne a beau demander à l’Espagne et au Royaume-Uni de dialoguer, pour le moment la situation n’évolue pas entre les deux pays.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Gibraltar, François Musseau

Au fond, le Rocher, l’impressionnant Rocher de Gibraltar. Et, à ses pieds, un drôle de spectacle. Des dizaines d’embarcations de toute taille, des bateaux de pêcheurs, des hors-bords, mais aussi une frégate britannique, le HMS Westminster, tout juste arrivée d’Angleterre, des patrouilles de la Garde civile, sans compter une demi-douzaine de navires auxiliaires.

Et le tout est très concentré sur une poignée de kilomètres dans la baie d’Algésiras. D’un côté, il y a la flotte espagnole, de l’autre, celle de Gibraltar soutenue par la marine britannique. On dirait une bataille navale de position. Il n’y a pas de tir, il n’y en aura sûrement pas, on s’observe et on campe sur ses positions. C’est juste la photographie d’un bras de fer.

Bras de fer et chiens de faïence

Madrid veut que Gibraltar démonte un récif artificiel qui ne permet pas à ses pêcheurs de lancer leurs filets. Gibraltar, de son côté, veut que l’Espagne cesse les contrôles tatillons à la frontière, qui provoquent des embouteillages monstres.

Pour l’instant, personne ne veut bouger. Et tant que ce bras de fer durera, les deux flottes se regarderont, en chiens de faïence. Sans rien faire, mais sans céder pour autant.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail