Allemagne / Grèce

Des sociétés allemandes accusées d'avoir versé des pots-de-vin en Grèce pour rafler des contrats

Les contrats mis en cause concernaient le secteur des sous-marins.
Les contrats mis en cause concernaient le secteur des sous-marins. DR / EMA – Ministère français de la Défense

D’après le quotidien Süddeutsche Zeitung, des sociétés allemandes d’armement ont versé 18 millions d’Euros de pots-de-vin à des responsables grecs, et ont fraudé le fisc, pour décrocher des contrats. Des perquisitions de la justice allemande ont eu lieu cette semaine dans les sièges des entreprises allemandes concernées.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

18 millions d’euros de pots-de-vin. C’est la somme que deux sociétés allemandes spécialisées dans les équipements militaires auraient versé dans le passé à des responsables grecs pour décrocher des marchés. Il s’agissait concrètement de contrats pour des sous-marins.

D’après la Süddeutsche Zeitung, qui révèle l’affaire ce samedi 24 août, la justice allemande a effectué cette semaine des perquisitions dans les sièges respectifs des deux entreprises dans le nord du pays. Hormis le versement de pots-de-vins, les sociétés sont également accusées d’avoir fraudé le fisc.

Rheinmetall Defence a rejeté ces accusations. EADS et ThyssenKrupp, les sociétés mères d'Atlas Elektronik ont quant à elles confirmé que leur filiale avait fait l’objet d’une perquisition.

Ces nouvelles affaires ne constituent pas une première entre l’Allemagne et la Grèce. Il y a deux ans, des responsables d’une entreprise allemande avaient été condamnés à des peines avec sursis aussi, pour avoir versé des pots-de-vin pour un contrat d’équipement de sous-marins.

Le géant Siemens a, dans le passé, été frappé par des affaires similaires liées à des marchés de téléphonie. La Deutsche Bahn a décidé en juin de cesser ces activités dans des pays frappés par la corruption, dont la Grèce.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail