Grèce

Grèce: les liens entre des policiers et les néonazis mis à jour

Des policiers grecs entourent un groupe de manifestants antifascistes, à Thessalonique, dans le nord de la Grèce.
Des policiers grecs entourent un groupe de manifestants antifascistes, à Thessalonique, dans le nord de la Grèce. REUTERS/Alexandros Avramidis

Réactions en chaîne en Grèce après l'assassinat du chanteur antifasciste, Pavlos Fyssas, la semaine dernière. Les autorités annoncent des enquêtes sans précédent sur l'organisation néonazie Aube dorée, mêlée au meurtre. Au sein de la police grecque, le ménage a commencé.

Publicité

Avec notre correspondance à Athènes, Amélie Poinssot

Deux généraux démissionnaires, sept responsables mutés, et plusieurs autres suspendus. Les têtes valsent au sein de la police grecque. L'institution était très critiquée pour ses liens avec le parti néonazi.

On savait que de nombreuses plaintes déposées par des immigrés victimes d'agressions xénophobes n'étaient jamais traitées. On savait aussi que des violences policières survenaient régulièrement dans les commissariats.

A (RE)LIRE: Grèce: la fin de l'impunité pour le parti néonazi Aube dorée?

Tout cela a été maintes fois dénoncé par les ONG et la presse d'opposition. Mais cela n'avait jamais été pris au sérieux par les autorités. Changement de cap, donc, après l'assassinat de Pavlos Fyssas. Et, surtout, après les révélations qui tombent depuis, chaque jour, dans la presse grecque.

« L’Etat profond »

Le quotidien Ethnos a publié un entretien avec un ancien membre des milices d'Aube Dorée, qui raconte, entre autres, comment dans sa commune de la banlieue athénienne un policier complice prévenait le parti néonazi en cas de contrôles policiers et couvrait ses membres pris en flagrant délit.

A (RE)LIRE: La Grèce face à une vague de violences racistes

Des vidéos ont démontré en outre l'intervention d'hommes en civil aux côtés des forces de l'ordre, lors des affrontements des dernières manifestations. Cette collusion entre police et Aube Dorée, c'est ce que les spécialistes de l'extrême droite ici appellent «l'Etat profond». Pour eux, il n'y avait jamais eu d'épuration depuis la chute des Colonels, en 74.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail