Accéder au contenu principal
Grèce / Economie

Un nouveau président en vue pour le Fonds grec de privatisations

Manifestation contre les mesures d'austérité en Grèce, en mars 2013.
Manifestation contre les mesures d'austérité en Grèce, en mars 2013. REUTERS/Yorgos Karahalis
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Athènes, un nouveau président est en vue pour le Fonds grec de privatisations. Le gouvernement grec voudrait voir en Konstantinos Maniatopoulos, 72 ans, l'homme idéal pour le poste et un spécialiste du secteur de l'énergie. Le Fonds est stratégique pour le programme de réforme du pays et pourtant il est sans pilote depuis plus d'un mois.

Publicité

En proposant la candidature de Konstantinos Maniatopoulos comme futur chef du très stratégique Fonds de privatisations (Taiped), le gouvernement Samaras tient à effacer une mauvaise impression laissée par le passage du dernier responsable de cet organisme, limogé pour cause de conflit d'intérêt. En effet, l'homme, Stelios Stavridis, avait voyagé à bord de l'avion privé d'un des actionnaires du consortium qui avait racheté l'organisme des partis sportifs, l'Opap. Et, depuis le 18 août, le Fonds navigue sans patron, ce qui n'arrange pas la situation de la Grèce auprès de ses créanciers.

Audit en cours

L'annonce du ministère des Finances intervient au moment où les représentants de l'Union européenne (UE), de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI) poursuivent leur mission d'audit des comptes grecs à Athènes. Une mission qui, d'ailleurs, se déroule « bien » avec « d'importants » progrès, selon le ministre grec des Finances, Yannis Stoumaras.

Sous pression

La Grèce est sous pression de ses bailleurs de fonds. Depuis trois ans, ils lui réclament la mise en oeuvre du programme de privatisations des sociétés publiques destiné à réduire l'endettement colossal du pays. Mais les Grècs s'y opposent, et l'ont encore fait savoir cette semaine. Alors que la troïka fait de l'avancement de ce sujet épineux une condition pour débloquer une nouvelle tranche de crédits d'un milliard d'euros. Il s'agit du troisième changement à la tête du Taiped depuis sa création en juillet 2011.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.