Union européenne

Zone euro: dix-sept budgets nationaux sous la loupe de Bruxelles

De gauche à droite, le président de la BCE Mario Draghi, les ministres des Finances Irlandais Michael Noonan et français Pierre Moscovici et le Commissaire européen Olli Rehn, à Bruxelles, le 14 novembre 2013.
De gauche à droite, le président de la BCE Mario Draghi, les ministres des Finances Irlandais Michael Noonan et français Pierre Moscovici et le Commissaire européen Olli Rehn, à Bruxelles, le 14 novembre 2013. REUTERS/Francois Lenoir

Pour la première fois dans l’histoire de la zone euro, la Commission européenne doit donner aujourd’hui son avis sur plusieurs aspects importants de la gestion de l’argent public des pays de l’euro : projet de budget 2014, réformes structurelles, retraites, dépenses sociales…

Publicité

Cela n'était jamais arrivé jusqu'à cette année. Après avoir étudié à la loupe depuis un mois les projets de budget 2014 des pays membres de la zone euro, la commission juge, ce vendredi 15 novembre, s’ils sont conformes aux engagements pris par les Etats en termes de réduction de déficit public.

Le but est d’éviter des projets irréalistes, reposant sur des prévisions de croissance trop optimistes. Au cas où les projets seraient jugés non conformes aux objectifs, les commissaires pourront exiger des changements. L’avis de Bruxelles ne sera cependant pas contraignant mais des sanctions peuvent être prises en cas de dérapage des comptes publics.

Tensions à quelques mois des élections

Tout cela pourrait créer des tensions avec les Etats. Certains n'aiment pas se laisser dicter leur conduite. Cet exercice s’avère aussi politiquement délicat à quelques mois des élections européennes.

Tous les membres de la zone euro sont concernés par cette nouvelle procédure, sauf ceux sous assistance financière : Irlande, Grèce, Chypre et Portugal. Ils sont de facto sous surveillance de l'Union européenne et du FMI.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail