Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: le gouvernement de coalition se met en place

La chancelière Angela Merkel dirigera un gouvernement de coalition intégrant 6 représentants sociaux-démocrate
La chancelière Angela Merkel dirigera un gouvernement de coalition intégrant 6 représentants sociaux-démocrate REUTERS/Fabrizio Bensch
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après l'approbation par les militants du parti social-démocrate (SPD), de l'accord de coalition passé vec les conservateurs et les chrétiens-démocrates de la CDU-CSU, un nouveau gouvernement de coalition a été mis en place. Le SPD hérite de six portefeuilles, et non des moindres.

Publicité

Les trois mois de tractations et d'attente ont finalement accouché d’une coalition noir-rouge qui peut commencer à gouverner. Les sociaux-démocrates ne cachent pas leur joie d'avoir obtenu six postes de ministres, et cela malgré leur échec cuisant aux élections. Les chrétiens-démocrates eux sont visiblement soulagés d'avoir trouvé un allié qui leur garantit une majorité stable au Bundestag. Un pacte scellé sur la base de 185 pages – un contrat de coalition qui servira de fil rouge au nouveau gouvernement.

A (RE)LIRE : Anne-Marie Le Gloannec: en Allemagne, « la CDU était condamnée à s’entendre avec le SPD »

Ce pacte est plein de promesses: la nouvelle équipe s'est mise d'accord pour dépenser 23 milliards d'euros supplémentaires au cours des quatre prochaines années, et d'allouer 3% du PIB à la recherche. Des responsables du Parti social-démocrate insistent également sur les six milliards d'euros prévus pour l'école et les garderies. Sans ces concessions, les adhérents du SPD risquaient de dire non à une participation au gouvernement. Mais les promesses ne peuvent être tenues que si l'économie allemande reste en bonne santé, avec un taux de chômage faible et des revenus fiscaux qui coulent à flot.

Trois ministres qui comptent

Trois ministres pèseront particulièrement lourd dans la nouvelle équipe. Sigmar Gabriel, le président du SPD à la tête d'un super ministère de l'Économie aux compétences élargies à la transition énergétique pourrait faire de l'ombre à la chancelière.

À ses côtés, Andrea Nahles elle aussi sociale-démocrate gèrera à elle seule la moitié du budget allemand au ministère des Affaires sociales tandis que Frank Walter Steinmeier déjà ministre des Affaires étrangères du temps de la première grande coalition retrouvera son portefeuille de 2005-2009.

Pour la CDU, Wolfgang Schäuble conservera son poste stratégique aux Finances, ce qui laisse augurer d'un maintien du cap de la politique européenne. La vraie nouveauté dans le rang conservateur est le passage d'Ursula Von der Leyen, une proche d'Angela Merkel, du ministère du Travail à la Défense. Ce sera la première fois qu'une femme dirigera l'armée allemande.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.